La France, imposant des sanctions à la Russie, saisit un navire dans la Manche

Boulogne-sur-Mer, France, 26 février (Reuters) – La France a saisi samedi un cargo à moteur dans la Manche qui, selon Washington, est lié au fils d’un ancien chef du renseignement russe, dans l’une des premières expositions visibles du navire. . L’Occident impose des sanctions à Moscou en raison de son invasion de l’Ukraine.

Le capitaine Véronique Magnin de la Région maritime française a déclaré à Reuters que le « leader balte » se dirigeait vers Saint-Pétersbourg mais a été détourné vers le port de Boulogne-sur-Mer dans le nord de la France entre 3 et 4 heures du matin (0200-0300 GMT).

Il a ajouté que le navire était « fortement suspecté d’être lié aux intérêts russes visés par les sanctions ».

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le Trésor américain a imposé des sanctions d’embargo sur le navire car, selon le Trésor, il appartient à une filiale du prêteur russe Promsvyazbank, l’une des entités russes touchées par les sanctions américaines et européennes.

Le PDG de la banque, Pyotr Fradkov, est le fils de Mikhail Fradkov, l’ancien chef du service russe de renseignement extérieur, qui a également été Premier ministre sous le président russe Vladimir Poutine. Peter Fradkov lui-même a été inclus dans la dernière série de sanctions américaines.

Promsvyazbank, dans un commentaire envoyé à Reuters, a déclaré que sa succursale ne possédait plus Baltic Leader et qu’une autre entité l’avait achetée avant l’imposition des sanctions.

Le ministère français de l’Economie a déclaré, dans un communiqué, que le propriétaire du navire est la société PZB Lizing de Promsvyazbank et que le navire avait été intercepté en application des sanctions de l’Union européenne contre le prêteur et ses filiales.

READ  Il fait tellement chaud à Dubaï que le gouvernement crée artificiellement des pluies torrentielles

Magnin, porte-parole de la préfecture maritime, a déclaré que les douaniers procédaient à des inspections et que l’équipage du navire était « coopératif ».

L’ambassade a déclaré dans un communiqué envoyé à Reuters que l’ambassade de Russie à Paris enverrait une note de protestation au ministère français des Affaires étrangères concernant la saisie.

L’ambassade a également déclaré que l’équipage du navire était autorisé à débarquer et à se déplacer librement dans le port.

Un photographe de Reuters à Boulogne-sur-Mer a déclaré que le navire était amarré à quai.

Les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays occidentaux ont imposé cette semaine de nouvelles sanctions financières et commerciales de grande envergure à la Russie après l’envoi de forces militaires en Ukraine voisine.

Le Trésor américain a déclaré que Promsviazbank faisait l’objet de sanctions « pour avoir agi ou agi dans les secteurs de la défense, de l’équipement et des services financiers connexes de l’économie de la Fédération de Russie ». Il a également été visé par des sanctions de l’Union européenne. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Rapports supplémentaires de Tassilo Hamel et du bureau de Moscou ; Écrit par Tassilo Hamel et Christian Lowe; Montage par Frank Jack Daniel

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.