La France inflige à Google et Facebook des amendes de 210 millions d’euros pour le suivi de l’activité en ligne

Les autorités françaises ont déclaré jeudi que les régulateurs français avaient infligé à Google et Facebook une amende de 210 millions d’euros (237 millions de dollars) pour leur utilisation de « cookies ».

Géants de la technologie américains, y compris les goûts Une pomme Et AmazoneIls subissent une pression croissante [business] pratiques croisées L’Europe Ils ont fait face à d’énormes amendes et ont prévu d’appliquer des règles européennes de grande envergure sur leur mode de fonctionnement.

Une amende de 150 millions d’euros a été infligée à navigateur google Il s’agit d’un record établi par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), qui avait déjà remporté une amende de 100 millions d’euros liée aux cookies contre l’entreprise en décembre 2020.

Site de réseautage social Facebook et une amende de 60 millions d’euros.

« La CNIL a déterminé que les sites facebook.com, google.fr et youtube.com (propriété de Google) ne permettaient pas aux utilisateurs de refuser l’utilisation de cookies simplement en les acceptant », a précisé le régulateur.

La CNIL a ajouté que les deux plateformes ont trois mois pour adapter leurs pratiques, après quoi la France infligera des amendes de 100 000 euros par jour.

Google a déclaré à l’AFP qu’il modifierait ses pratiques après la décision. « Conformément aux attentes des internautes (…) nous nous engageons à mettre en œuvre de nouveaux changements, ainsi qu’à travailler activement avec la CNIL en réponse à sa décision », a déclaré la société américaine dans un communiqué.

Les cookies sont de petits paquets de données qui sont installés sur l’ordinateur d’un utilisateur lorsqu’il visite un site Web, qui permettent aux navigateurs Web d’enregistrer des informations sur leur session.

READ  Zinedine Zidane: l'entraîneur du Real Madrid rejette les rapports de sortie après la victoire sur l'Athletic Bilbao | actualités footballistiques

Ils sont très précieux pour Google et Facebook en tant que moyens de personnaliser les publicités – la principale source de revenus.

Mais les défenseurs de la vie privée ont longtemps rejeté cela. Depuis que l’Union européenne a adopté une loi de 2018 sur les données personnelles, les sociétés Internet sont confrontées à des règles plus strictes qui les obligent à obtenir le consentement direct des utilisateurs avant d’installer des cookies sur leurs ordinateurs.

Emission de 90 notifications

La CNIL a fait valoir que Google, Facebook et YouTube permettent d’accepter très facilement les cookies via un seul bouton, tandis que refuser une demande nécessite plusieurs clics.

Il avait donné aux sociétés Internet jusqu’en avril 2021 pour s’adapter à des règles de confidentialité plus strictes, avertissant qu’elles commenceraient à faire face à des sanctions après cette date.

Le journal français Le Figaro a été le premier à être sanctionné, écoutant une amende de 50 000 € en juillet pour avoir autorisé l’installation de cookies par des partenaires publicitaires sans le consentement direct des utilisateurs, voire après leur refus.

La CNIL a récemment indiqué avoir envoyé 90 mises en demeure à des sites Internet depuis avril.

En 2020, elle a infligé des amendes de 100 millions d’euros et 35 millions d’euros respectivement à Google et Amazon pour leur utilisation de cookies.

Les amendes étaient fondées sur une précédente loi de l’Union européenne, le règlement général sur la protection des données, dans laquelle la CNIL a déclaré que les entreprises n’avaient pas fourni aux utilisateurs des informations « suffisamment claires » sur les cookies.

READ  Explication: Débats mondiaux sur la question de savoir si les athlètes à destination de Tokyo doivent sauter de la liste d'attente pour les vaccins

(AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.