La France rend hommage au célèbre dessinateur new-yorkais Simbi

Le dessinateur français Jean-Jacques Simbi, dont les dessins simples et colorés avec humour ont fait la couverture du magazine The New Yorker, a été salué par sa famille, ses amis et ses admirateurs qui lui ont valu une renommée internationale.

Les funérailles de Sempé – affectueusement connu sous le nom de JJ aux États-Unis – ont eu lieu vendredi à l’église Saint-Germain-des-Prés à Paris. Amis et parents rendent hommage à l’artiste, décédé la semaine dernière à l’âge de 89 ans, et à son héritage. Des funérailles privées ont eu lieu dans le célèbre cimetière Montparnasse de la ville.

À l’extérieur de l’église, une affiche de Simbee Ier de New York se tenait à côté d’une photo en noir et blanc de lui décorée de fleurs. Les photos de couverture du 14 août 1978 montrent la façade d’un immeuble new-yorkais, avec un oiseau chauve à lunettes en costume perché sur une haute fenêtre éclairée par le soleil jaune pâle.

Le dessin capture l’univers ironique doux de l’artiste, transcendant avec des aquarelles vives et un style rafraîchissant qui semble sans effort. Dans sa France natale, il s’est fait connaître grâce aux illustrations de la série classique de livres pour enfants « Le Petit Nicolas » (« Petit Nicolas »), spécialisée dans les illustrations autour des plaisirs simples de la vie.

« Il me faut beaucoup de temps, des semaines voire des mois pour bien faire les choses », a déclaré Simbe à l’Associated Press dans une interview en 2011. « Vous pensez à quelque chose qui petit à petit commence à prendre forme dans votre esprit. » Simbe a capturé la bourgeoisie parisienne haut de gamme et à la mode et les citadins moustachus à chapeaux, tous portant d’énormes nez pleins de vélos, de baguettes, de livres et de tracteurs. Le magazine a noté qu’il avait également trouvé l’inspiration dans la ville natale du New Yorker, dans un hommage publié sur Instagram.

READ  France: une interview de Macron sème l'alarme

« J’adore les couleurs de New York », a-t-il déclaré. « C’est dynamique : jaune vif, vert, rouge, bleu. Paris, où j’habite, est beau mais toujours gris. J’aime Paris aussi, mais c’est différent. » Il a dessiné plus de 100 couvertures pour The New Yorker après avoir rencontré le directeur artistique du magazine à Paris en 1978. Malgré son français indubitable, le travail de Simbe a touché un nerf mondial, car il a dépeint les folies humaines et la névrose interculturelle.

« Il a distingué plusieurs générations. Vous ne pouvez pas trouver aux États-Unis un lecteur de l’édition imprimée du New Yorker qui ne sache pas qui est Simbi.

Molly a loué sa « façon universelle d’aborder le point de vue des individus sur la vie quotidienne et les situations publiques » dans des dessins qui ont parlé aux gens de Paris à New York.

Un artiste français de 71 ans connu sous le nom de Gabs a déclaré que Simbi l’avait inspiré à devenir dessinateur.

« Simbe incarne le français et la façon dont il dépeint Paris, les petits villages de France et les scènes de la vie quotidienne » et « une forme d’innocence et de joie », a déclaré Gabs lors des funérailles.

Le romancier français Benoit Dutertre a prononcé un discours émouvant évoquant son ami bien-aimé qui aimait faire du vélo et du café dans les cafés de la rive gauche tout en fumant une cigarette, bien qu’il soit tombé malade au cours de ses dernières années.

« Avec une pointe d’humour », a-t-il dit, « il était un merveilleux narrateur de l’évolution de la société française ».

Né le 17 août 1932 à Bordeaux, dans le sud-ouest du pays, Simbe suit brièvement les traces de son père – qui était colporteur – en tant que livreur à vélo pour un marchand de vin, puis s’engage dans l’armée et est envoyé à Paris pour des études de base. entraînement.

READ  Le Fab 5 est de retour du show, pour tourner au Texas

Dans son autobiographie, dit-il, il a convoqué les éditeurs de journaux pour les persuader de publier ses dessins. Une série de dessins, intitulée « Le Petit Nicolas », qui montre un élève espiègle mais bienveillant, est parue dans un journal belge. Il deviendra plus tard la série de livres qui a établi le succès durable de Simbi.

Anne Goscinny – l’ex-épouse de René Goscinny, auteur du « Petit Nicolas » décédé en 1977 – s’est adressée à Simbe lui-même à la messe de l’église en disant : « J’ai créé Le Petit Nicolas. Vous avez fait sourire chaque enfance. Aujourd’hui, vous rencontrez ( Gossini) encore, j’en suis sûr, et je t’entends rire jusqu’à ce que tu pleures. » En 1962, Simbe publie sa première série de dessins, « Rien n’est simple » (« Nothing Simple »). Certains des plus de 40 livres en anglais ont été publiés aux États-Unis. Il laisse dans le deuil deux enfants, Nicolas et Catherine.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux partagé.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.