La France reprend ses opérations militaires conjointes avec le Mali

La France a annoncé vendredi qu’elle reprendrait les opérations militaires conjointes au Mali, après les avoir suspendues au début du mois dernier à la suite du deuxième coup d’État de ce pays d’Afrique de l’Ouest en moins d’un an.

Le ministre des Armées a indiqué dans un communiqué qu’après concertation avec les autorités de transition au Mali et dans les pays de la région, la France a décidé “de reprendre les opérations militaires conjointes ainsi que les missions nationales de conseil suspendues depuis le 3 juin”.

La décision de suspendre les opérations conjointes le mois dernier est intervenue après que l’homme fort de l’armée malienne Asimi Gueta, qui a dirigé le coup d’État l’année dernière, a renversé le président civil de transition et le Premier ministre du pays.

Cette décision a déclenché un tollé diplomatique, incitant les États-Unis à suspendre l’assistance en matière de sécurité aux forces de sécurité du Mali, à l’Union africaine et à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le Mali et la France jouent tous deux un rôle clé dans la lutte contre la sanglante insurrection djihadiste qui sévit au Sahel.

La France déploie environ 5 100 soldats au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane, qui couvre cinq pays : Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger.

Le 10 juin, le président français Emmanuel Macron a annoncé un retrait majeur de la présence militaire française dans la région du Sahel, où les forces combattent les rebelles djihadistes depuis près d’une décennie.

Macron a déclaré que l’actuelle opération Barkhane prendrait fin, la présence française devenant une partie de la soi-disant force opérationnelle internationale Takoba dans laquelle “des centaines” de soldats français formeront l’épine dorsale.

READ  L'Institut King Sejong lancera un nouveau test de langue coréenne l'année prochaine

La force de Takuba compte actuellement environ 600 soldats, dont la moitié sont français.

La République tchèque, l’Estonie, l’Italie, la Roumanie et la Suède se sont également engagées à participer.

Le ministère des Armées a déclaré vendredi dans un communiqué que la France “reste pleinement engagée avec ses alliés européens et américains, ainsi qu’avec les pays du Sahel et les missions internationales” pour lutter contre les groupes djihadistes déployés dans la région du Sahel.

tamponner / pvh / har

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *