La France retarde l’autorisation de Vax pour les agents de santé dans les Caraïbes

Par Benoit Van Overstraeten, Sudip Kar-Gupta et Tassilio Hummel | Reuters

La France a reporté la mise en œuvre du mandat de vaccination COVID-19 pour les agents de santé en Martinique et en Guadeloupe après que la mesure a déclenché de nombreuses protestations sur le sol français au cours desquelles des policiers ont été blessés et des journalistes agressés.

Les deux îles des Caraïbes ont connu des troubles la semaine dernière après que le gouvernement français a imposé des mesures plus strictes pour freiner la propagation du virus.

La vaccination obligatoire des agents de santé, une mesure déjà introduite en France métropolitaine, a suscité le ressentiment de la majorité de la population noire des îles.

Le ministère français de la Santé a indiqué dans un communiqué à l’issue d’une réunion du gouvernement de crise vendredi qu’il avait décidé de reporter la mise en œuvre du mandat des vaccins au 31 décembre en Martinique et en Guadeloupe.

Il a placé ceux qui ont refusé de se faire vacciner en congé sans solde, mais dit maintenant qu’il donnera plus de temps aux personnes suspendues pour un « dialogue » individuel avec leurs responsables pendant qu’elles sont toujours payées.

Certains sur les îles ont décrit le mandat comme un retour à l’ère de l’esclavage en France et ont insisté sur le fait qu’ils devraient être autorisés à faire leurs propres choix en matière de traitement de santé.

Une source proche du ministre français des Affaires étrangères a déclaré que la réunion du gouvernement français est intervenue à un moment où les émeutes en Martinique se poursuivaient.

READ  L'envoyé de l'ONU rencontre le Front Polisario en Algérie

« Il est clair que la nuit dernière a été plus intense que les nuits précédentes », a déclaré vendredi à Reuters un porte-parole de l’Etat français.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que les autorités de la Martinique et de la Guadeloupe avaient arrêté 10 personnes après que des coups de feu ont été tirés jeudi soir, blessant plusieurs personnes.

Et le groupe de presse Altice a déclaré dans un communiqué que des journalistes de la télévision française et des agences de presse et d’imagerie françaises avaient été attaqués jeudi soir, confirmant les déclarations précédentes du ministre. Les autorités locales ont déclaré qu’un policier avait été grièvement blessé et avait dû être opéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.