La Grande-Bretagne connaît un sort pire que la France

S'il faut payer pour circuler sur les autoroutes françaises, elles sont au moins magnifiquement entretenues. Paris a lancé une nouvelle ligne TGV, prolongeant la ligne de Paris à Bordeaux jusqu'à Toulouse pour un coût de seulement 14 milliards d'euros, soit une fraction du coût du HS-2.

La France a ajouté 320 000 logements à son offre d’ici 2022, et une seule fois au cours des 20 dernières années – lorsque la pandémie a perturbé les plans – les gains nets sont tombés en dessous de 300 000 par an. Au Royaume-Uni, nous avons ajouté 234 000 personnes en 2022, toujours aux niveaux d’avant la pandémie. Cela représente environ 100 000 unités de moins, même si les deux pays ont des populations similaires.

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi cette belle maison de vacances en Provence était si abordable, c'est l'une des raisons.

Ailleurs, la France possède un total de 56 centrales nucléaires et, grâce à des années de planification industrielle visionnaire et intelligente, elle est aujourd'hui le plus grand exportateur d'électricité d'Europe, la Grande-Bretagne étant bien sûr l'un de ses principaux clients.

En revanche, nous n’en avons que neuf, nous n’avons aucune idée de la date à laquelle un nouveau système arrivera et nous dépendons de manière précaire de l’électricité importée pour faire fonctionner l’éclairage. La liste se rallonge de plus en plus.

Bien entendu, la poursuite de l’intervention française dans l’économie est souvent un désastre. La détermination du président Macron à ramener Air France-KLM sous le contrôle effectif de l'État avec une participation de 28 % devrait se terminer dans des larmes.

READ  Pinnacle présente le nouveau Tacoma F en vue du Tour de France et des Jeux Olympiques

Plus tôt ce mois-ci, il a dû renflouer Atos, le « champion national » informatique, avec un prêt de 50 millions d'euros, et il est probable qu'il en obtienne davantage. Là encore, il est rare que l’on réussisse.

Dans le cadre de ses efforts pour créer une nation « start-up », Macron a défendu l’intelligence artificielle, et cela semble porter ses fruits, puisque la société de chatbots open source Mistral AI devrait lever 5 milliards de dollars pour une valorisation d’un peu moins de deux. Des années après sa création.

Au Royaume-Uni, nous avons soutenu le fabricant de batteries en faillite British Volt, qui a fusionné avec le français Eutelsat bien qu'il ait été renfloué par l'État et présenté par Boris Johnson comme un rival potentiel du Starling d'Elon Musk.

C'est généralement une mauvaise idée pour le gouvernement de choisir des gagnants, mais au moins les Français sont meilleurs que la plupart.

Certes, le ratio dette/PIB de la France est plus élevé que le nôtre, mais nous allons dans cette direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *