La Grèce envoie plus de gardes pour protéger les frontières au milieu des craintes d’immigration illégale en provenance d’Afghanistan

Grèce Il augmente les gardes-frontières le long de sa frontière avec la Turquie en prévision d’une augmentation de l’immigration illégale causée par le chaos dans le pays Afghanistan, ont déclaré des responsables lundi.

Au cours des prochains mois, environ 250 agents rejoindront la force frontalière de 1 500 hommes, et 800 gardes-frontières supplémentaires seront également affectés au travail dans les aéroports et les zones proches de la frontière gréco-turque.

DOSSIER : Des policiers patrouillent à côté d’un mur de fer dans la rivière Evros, près du village de Poros, à la frontière gréco-turque, en Grèce.
(AFP)

La Grèce a resserré sa politique d’immigration et de contrôle des frontières au cours des deux dernières années, étendant un mur le long de sa frontière terrestre avec la Turquie et mettant en place un réseau de surveillance de haute technologie pour tenter de dissuader les demandeurs d’asile de traverser.

Les autorités ont déclaré que la récente augmentation des effectifs était en partie due à la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans.

WEST POINT GRAD limite la faiblesse du responsable de Biden dans ses pourparlers avec les talibans: “inventaire complet”

La Grèce a également démenti les allégations croissantes de groupes de défense des droits humains selon lesquelles les migrants arrêtés après avoir traversé la Grèce sont expulsés sans être autorisés à demander l’asile.

La Pologne et la Lituanie ont eu du mal ces derniers mois à faire face à une immigration accrue, principalement en provenance d’Irak et d’Afghanistan, jusqu’à leur frontière avec la Biélorussie. Ils accusent le gouvernement biélorusse d’encourager l’afflux de migrants pour faire pression sur l’ensemble de l’Union européenne.

READ  La Norvège se lance dans un essai sain sur les baleines malgré les protestations

CLIQUEZ ICI POUR L’APPLICATION FOX NEWS

La Grèce, la Pologne et la Lituanie faisaient partie des 12 pays qui ont envoyé une lettre à la Commission européenne la semaine dernière pour exiger une action plus intensive de l’UE contre l’immigration illégale.

L’Associated Press a contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *