La Grèce fait revivre le palais vieux de 2 300 ans où Alexandre le Grand fut couronné

L'ancien palais où Alexandre le Grand fut couronné roi de Macédoine rouvrira ses portes au public dimanche après 16 ans de rénovation d'un coût de 20 millions d'euros visant à lui redonner sa gloire passée.

Lors d'une cérémonie organisée aujourd'hui vendredi par le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis Il a décrit le palais Ijay comme un « monument d'importance mondiale ».

Le site du IVe siècle avant JC s'étend sur une superficie de 15 000 mètres carrés et était l'un des sites les plus importants de la Grèce classique avec le Parthénon d'Athènes.

Aigae était la capitale du royaume macédonien, la puissance militaire dominante de l'époque, et les archéologues affirment que le palais était le centre spirituel du royaume.

Construits par Philippe II, père d'Alexandre le Grand, les tombeaux de Philippe et d'autres rois macédoniens se trouvent à proximité.

Après l'assassinat de son père, Alexandre fut couronné dans le palais en 336 avant JC avant de lancer une campagne militaire qui conduisit à la création d'un empire qui s'étendit jusqu'à l'Inde moderne.

Mitsotakis a déclaré que le palais « a un caractère culturel et national, car il confirme l'identité grecque de la Macédoine au fil des siècles ».

Le site comprend le palais royal, la colonnade qui entourait le palais et l'agora, où les anciens Macédoniens discutaient de sujets importants.

Dans la cour, qui pouvait accueillir 8 000 personnes, Alexandre fut déclaré roi.

Les Romains détruisirent le palais en 148 avant JC. Les fouilles visant à découvrir le site ont commencé en 1865 et se sont poursuivies jusqu'au XXe siècle.

READ  Biden accueille les dirigeants des pays d'Amérique du Sud lors d'un sommet économique

Le projet de restauration a débuté en 2007 avec l'aide de l'Union européenne.

Situé à proximité du village grec moderne de Vergina, le palais et les tombeaux à proximité sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.

La Grèce a augmenté ses investissements dans ses nombreux sites archéologiques, qui sont devenus une source importante de revenus touristiques.

Au cours des trois dernières décennies, il a exigé la restitution des sculptures extraites du Parthénon et situées au British Museum, affirmant qu'elles avaient été pillées au XIXe siècle, lorsque la Grèce était sous domination ottomane.

monsieur-hec/yap/gv/pvh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *