La jeunesse africaine veut lever les mains de la France sur le continent – Middle East Monitor

Le ministre algérien de l’Information, Ammar Belhimer, a déclaré mercredi que les jeunes africains ont récemment élevé la voix pour exiger que la France prenne la main sur leur continent et ses ressources.

« Les Africains, en particulier les jeunes, se sont engagés à demander à la France de retirer la main de leur continent », a déclaré Belhimer au journal. Réseau d’information algérien.

Les commentaires du ministre interviennent au milieu des tensions entre l’Algérie et la France, à la suite des déclarations du président français Emmanuel Macron le mois dernier que de nombreux Algériens ont considérées comme insultantes.

L’Algérie a répondu en rappelant son ambassadeur à Paris et en interdisant aux avions militaires français d’utiliser l’espace aérien algérien le 3 octobre.

Belhimer a décrit la France comme une puissance coloniale « tant qu’elle continue de drainer les ressources de l’Afrique ».

Images : L’époque coloniale française en Algérie se raconte à travers les musées mobiles

Il a dit, non seulement les Africains mais les politiciens français et européens sont d’accord pour dire que la France pille les richesses de l’Afrique.

Il a ajouté que la position anti-française « se manifeste dans les interventions audacieuses, colériques et honnêtes des Africains qui ont récemment participé au soi-disant sommet franco-africain ».

Le 8 octobre, des centaines de jeunes de la « société civile » africaine se sont réunis pour un sommet Afrique-France d’une journée à Montpellier, dans le sud de la France.

Pour la première fois depuis 1973, date du début des sommets franco-africains, et avant de le rebaptiser « Afrique – France », aucun chef d’État africain n’a été invité.

READ  Mbappe mène la France à la gloire de la Ligue des Nations ; Impressionnant Monster perd à nouveau Snyman

Macron a invité 3 000 personnes à assister au sommet, dont des jeunes entrepreneurs, des chercheurs, des étudiants, des artistes, des personnalités sportives et des représentants d’associations du continent africain qui ont rencontré leurs homologues nationalistes français et des membres de la diaspora africaine pour discuter des enjeux économiques, politiques et culturels. .

Le sommet intervient à un moment où l’influence française est remise en cause dans ses anciennes colonies.

La France a présenté la réunion comme une réunion destinée à « fournir une nouvelle base » à la relation.

A lire : Le ministère algérien prend un arrêté pour utiliser exclusivement la langue arabe dans tous ses documents officiels

Belhimer a déclaré que l’Afrique assistait à une « résurgence du nationalisme africain » qui oblige les pays étrangers à « respecter la souveraineté (des pays africains) » et à « arrêter de drainer leurs richesses sous n’importe quel slogan ».

Belhimer a déclaré: « Les relations actuelles et futures de l’Algérie avec la France seront basées uniquement sur son respect de notre souveraineté, de notre civilisation et de notre identité, et sur sa libération du complexe de l’ancien colonialiste ».

Plus de 100 députés algériens de divers partis politiques ont présenté, dimanche, un projet de loi criminalisant la colonisation française de l’Algérie (1830-1962).

L’Algérie a passé 132 ans sous la domination coloniale française, obtenant son indépendance en 1962.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.