La militante pour le climat Greta Thunberg a été arrêtée et relâchée à deux reprises lors de manifestations à La Haye.

La militante pour le climat Greta Thunberg a été arrêtée à deux reprises par la police lors d'une manifestation à La Haye, aux Pays-Bas, samedi.

Publié sur : Modifié:

1 minute

Avec d'autres manifestants qui tentaient de bloquer une autoroute principale menant à La Haye, Thunberg a d'abord été arrêté par la police locale et brièvement détenu.

Après sa libération, Thunberg a rapidement rejoint un petit groupe de manifestants qui bloquaient une autre route menant à la gare. Là, il a été arrêté une seconde fois et emmené dans un fourgon de police.

Il a été détenu pendant plusieurs heures, puis relâché dans la soirée, a déclaré un porte-parole des organisateurs de la manifestation. Rébellion de destruction a déclaré à Reuters.

Avant sa détention, Thunberg a déclaré aux journalistes qu'elle protestait parce que le monde était confronté à une crise existentielle.

« Nous sommes dans une situation d'urgence planétaire et nous n'allons pas rester les bras croisés et laisser des gens perdre leur vie et leurs moyens de subsistance et être contraints de devenir des réfugiés climatiques si nous pouvons faire quelque chose », a-t-il déclaré.

Des militants ont tenté de bloquer l'autoroute A12 située à proximité. La route a été bloquée des dizaines de fois ces derniers mois pendant des heures par des militants exigeant la fin de toutes les subventions à l’utilisation des combustibles fossiles.

Lors de manifestations précédentes, la police avait emmené des manifestants détenus dans un autre quartier de la ville, où ils avaient été relâchés sans représailles.

La police locale n'a pas voulu commenter les cas individuels, mais a déclaré que tous ceux qui tentaient de bloquer les routes avaient été arrêtés. Sur le site de réseau social X, la police a annoncé que 412 manifestants avaient été arrêtés pour avoir participé à la manifestation interdite.

READ  Geraint Thomas participera au Giro d'Italia et au Tour de France en 2024

(Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *