La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Barbock s’engage à modifier la réglementation sur les exportations d’armes (rapport)

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalina Barbock a annoncé dimanche qu’une nouvelle loi était en passe de modifier la réglementation des exportations militaires du pays. Cela vient après qu’il a été révélé que le gouvernement précédent dirigé par Angela Merkel a approuvé un nombre record de ventes d’armes à l’étranger cette année, a rapporté Sputnik, citant l’agence de presse allemande Dr.. En 2021, le gouvernement Merkel a approuvé des contrats d’armement d’une valeur de 9 milliards d’euros (10 milliards de dollars). Plus de la moitié des contrats ont été approuvés au cours des derniers jours de Merkel en tant que chancelière, a rapporté l’agence de presse allemande DPA, citant des données du ministère de l’Économie.

« En tant que nouvelle coalition gouvernementale, nous avons déclaré sans équivoque que nous réviserons les politiques d’exportation de défense précédentes. C’est pourquoi nous travaillons sur la loi sur les exportations de défense qui établira des normes plus claires pour les licences d’exportation de défense », a déclaré Barbock, cité par la DPA.. Avec les États-Unis, la Russie et la France, l’Allemagne était l’un des plus gros exportateurs d’armes au monde. Berlin était responsable de 5,5% des exportations mondiales d’armes de 2016 à 2020, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm. Il a révélé que l’Égypte, la Corée du Sud et l’Algérie figuraient parmi les plus gros acheteurs.

L’Allemagne lève l’interdiction des avortements « publicitaires »

Pendant ce temps, le ministre allemand de la Justice, Marco Buschmann, a annoncé plus tôt cette semaine qu’il présenterait une législation le mois prochain pour supprimer les restrictions sur la « publicité » des avortements aux médecins du code pénal du pays. Il a expliqué qu’il s’agissait de l’une des politiques sociales les plus libérales que le nouveau gouvernement avait l’intention de mettre en œuvre, selon l’Associated Press (AP). Les règles actuelles ont longtemps été opposées par les trois partis qui composent le gouvernement du chancelier Olaf Scholz, mais elles ont été défendues par le bloc de l’Union de centre-droit de l’ancienne chancelière Angela Merkel, auquel ils s’opposent actuellement.

READ  Algérie: faire passer la culture d'un secteur de consommation à un secteur générateur de richesse

Le ministre de la Justice Bushmann a noté qu’il y avait eu un « énorme retard de réformes » au sein du Parti social. Le gouvernement Merkel a accepté de maintenir l’interdiction techniquement en place en 2019, mais pour la première fois, il a autorisé les médecins et les hôpitaux à déclarer sur leurs sites Web qu’ils avaient pratiqué des avortements. Selon Bushman, la soi-disant section 219a crée un « risque punitif » pour les médecins qui pratiquent des avortements légaux et fournissent des informations correctes en ligne. « De nombreuses femmes qui se débattent sur la question de l’avortement recherchent des conseils sur Internet. Les médecins qui sont professionnellement mieux qualifiés pour les informer ne sont pas autorisés à fournir les informations là-bas », a-t-il déclaré à l’AP..

Photo : Unsplash/AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.