La Nouvelle-Zélande arrive en tête de l’indice mondial de risque de construction

L’industrie mondiale de la construction s’efforce de se remettre de la perturbation sans précédent causée par la pandémie de Covid-19 et des politiques adoptées pour contenir la propagation du virus. Bien que la reprise soit en cours, des risques importants demeurent liés aux nouvelles vagues d’infections à Covid-19 et à la réimposition de restrictions à l’activité économique. Cependant, la production mondiale de la construction devrait augmenter de 5,3% cette année, selon GlobalData, et les dernières prévisions du Fonds monétaire international montrent que l’économie mondiale augmentera de 6,0%.

La reprise dans les industries de la construction à travers le monde sera loin d’être uniforme, principalement en raison d’un succès inégal dans la maîtrise des nouvelles vagues de Covid-19, mais aussi de risques fondamentaux sur les marchés. L’indice de risque de construction (CRI) de GlobalData fournit une vue unifiée des risques à l’échelle nationale auxquels sont confrontées les industries de la construction dans 92 des principaux marchés développés et émergents du monde entier. Le modèle CRI fournit une analyse des conditions actuelles et une évaluation prospective des risques généraux et spécifiques qui pourraient compromettre les perspectives de croissance des industries de la construction, en empêchant la mise en œuvre de nouveaux projets, en perturbant les projets existants ou en conduisant finalement à l’échec du projet.

L’indice CRI se concentre sur quatre principaux piliers de risque, à savoir le risque politique, le risque financier, le risque économique et le risque de marché. Dans la dernière mise à jour du CRI, le modèle a été révisé afin que certains éléments du risque économique et de marché évaluent la performance d’un pays par rapport au contexte pré-Covid-19. Il s’agit d’éviter de récompenser les marchés qui devraient se développer à des taux historiquement élevés en 2021, mais seulement après avoir subi de sévères contractions en 2020.

READ  Les résidents et les visiteurs de Rockport contribuent à soutenir l'économie locale

Par rapport au classement CRI du quatrième trimestre de 2019, il y a eu des mouvements majeurs sur les marchés les mieux notés. Il convient de noter que Singapour est tombé au 14e rang au premier trimestre de 2021, après s’être classé premier au quatrième trimestre de 2019. Cela reflète principalement la gravité de l’impact de Covid-19 sur l’économie et l’industrie de la construction de Singapour. . Cependant, en raison de son environnement politique et financier à faible risque, Singapour obtient toujours un A2-.

La Nouvelle-Zélande occupe la première place de la dernière mise à jour du modèle, passant de la deuxième place au quatrième trimestre de 2019. Bien que cela ne soit pas spécifiquement mentionné dans le modèle, les succès du gouvernement néo-zélandais dans la gestion de la crise de Covid-19 sont en corrélation avec le faible score de risque dans le CRI maquette. Parmi les autres changements notables dans le top dix de la dernière mise à jour du classement, citons le passage de Taiwan à la sixième place (de la 19e place au quatrième trimestre de 2019) et de la Suède à la cinquième (à partir du 14e).

CRI fournit une cote de risque pour tous les marchés, de la cote de risque la plus basse de A1 à la cote de risque la plus élevée de D2. Il n’y a que trois marchés notés A1, à savoir la Nouvelle-Zélande, le Danemark et la Suisse, avec 20 autres marchés notés A2, dont 13 en Europe.

READ  Lancement du Conseil des affaires algérien qatari - The Peninsula Qatar

Sur les 92 marchés couverts, les cotes de risque pour 55 marchés sont restées inchangées dans la dernière mise à jour par rapport au quatrième trimestre de 2019. Sur les 37 marchés qui ont vu un changement de leurs cotes, 20 ont été abaissées. À l’extrémité inférieure de la note, les pays qui rétrogradent de C2 à D sont le Mozambique, la Bolivie, l’Argentine, le Myanmar et l’Algérie. Les pays conservant une classification D sont l’Iran, le Pakistan, l’Irak, l’Angola et le Venezuela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *