La Pologne déclare que la crise frontalière en Biélorussie pourrait être le prélude à « quelque chose de pire »

VARSOVIE/VILNIUS (Reuters) – Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a averti dimanche que la crise des migrants à la frontière biélorusse pourrait être le prélude à « quelque chose de bien pire », et les gardes-frontières polonais ont déclaré que les forces biélorusses déplaçaient toujours des migrants vers la frontière.

L’Union européenne accuse la Biélorussie d’avoir envoyé des milliers de personnes par voie aérienne depuis le Moyen-Orient et de les avoir poussées à traverser la Pologne, la Lituanie et la Lettonie, membres de l’Union européenne et de l’OTAN, en représailles aux sanctions européennes.

Minsk, qui nie avoir soulevé la crise, a nettoyé jeudi un camp de migrants près de la frontière et a commencé à renvoyer certaines personnes en Irak, tandis que la Pologne et la Lituanie ont signalé moins de tentatives de franchir leurs frontières ces derniers jours.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

Mais Moraviki a averti que la crise n’était pas encore terminée alors qu’il s’était rendu dimanche en Estonie, en Lituanie et en Lettonie pour discuter de la situation.

Un sondage d’opinion publié dimanche par le journal polonais Rzeczpospolita a montré que 55% des Polonais craignent que la crise à la frontière ne dégénère en conflit armé.

« Je pense que les choses qui se déroulent sous nos yeux, ces événements dramatiques, ne sont peut-être qu’un précurseur de quelque chose de bien pire », a déclaré Moraviki à Vilnius.

Il a cité la présence militaire russe accrue près de l’Ukraine, ainsi qu’en Biélorussie et dans l’enclave russe de Kaliningrad à la frontière de la Pologne et de la Lituanie, comme « un outil qui peut être utilisé directement pour lancer une attaque directe ».

READ  Dalaï Lama : les dirigeants chinois « ne comprennent pas la diversité des cultures »

Morawiecki a déclaré que la situation dans l’Afghanistan post-taliban « pourrait être utilisée comme une crise post-migratoire ».

Des soldats biélorusses se tiennent à côté d’une barricade alors que des migrants se pressent pour recevoir de la nourriture devant un centre de transport et de logistique près de la frontière biélorusse-polonaise dans la région de Grodno, en Biélorussie, le 21 novembre 2021. REUTERS/Kacper Pembel

Appels à l’appui

Le Premier ministre lituanien Ingrida Simonetti a averti les partenaires européens de ne pas ignorer les voisins de la Biélorussie, après que la chancelière allemande Angela Merkel a appelé à deux reprises Loukachenko à la recherche d’une solution à la crise humanitaire.

« Pour nous, il est très important que toute discussion (avec la Biélorussie) soit coordonnée avec la Lituanie, la Pologne et la Lettonie, qui mènent l’offensive mixte, et qu’aucune décision ne soit prise qui ne résolve fondamentalement la situation », a-t-elle déclaré. Après avoir rencontré Morawiecki dimanche.

Dimanche, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré que la Russie devrait faire pression sur son allié, la Biélorussie, pour mettre fin à la crise des migrants.

Elle a été déplacée de force à la frontière

La Pologne affirme que Minsk continue de transporter par camion des centaines d’étrangers jusqu’à la frontière, où une dizaine de migrants seraient morts au cours de l’hiver rigoureux.

« Samedi (…) un groupe d’une centaine d’étrangers très agressifs amenés à la frontière par des soldats biélorusses a tenté d’entrer de force en Pologne », ont déclaré dimanche les gardes-frontières sur Twitter.

READ  L'Espagne a décidé mardi de gracier les dirigeants séparatistes catalans emprisonnés

Des dizaines de migrants irakiens, qui se sont entretenus samedi avec le portail d’information lituanien DELFI de l’autre côté de la frontière avec la Biélorussie, ont déclaré que des responsables biélorusses y avaient été transportés de force dans des camions militaires, ignorant leur désir de retourner en Irak.

Des centaines de Polonais ont participé samedi à des manifestations pour demander de l’aide aux migrants. Dimanche, l’Église catholique a organisé une campagne de collecte de fonds pour récolter des fonds pour les nécessiteux à la frontière et soutenir l’intégration des réfugiés qui resteront en Pologne.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

Reportage supplémentaire par Anna Ludarczak Simczuk à Varsovie et Andrios Setas à Vilnius ; Montage par Kirsten Donovan et Raisa Kasulowski

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *