La « primaire populaire » soutient Christian Toubra comme candidat de l’unité de la gauche française | La France

Le « People’s Prime » de quatre jours a choisi l’ancien ministre de la Justice Christian Toubra comme candidat préféré pour diriger la campagne présidentielle de la gauche française, mais il est douteux qu’il reçoive un large soutien en tant que coordinateur.

Au total, 467 000 personnes se sont inscrites au sondage en ligne, qui a débuté jeudi. Ils ont demandé à cinq politiciens professionnels et à deux candidats de la société civile de se classer entre « très bon » et « insuffisant ».

Taupeera, qui est entré dans la course en tant que favori, s’est imposé comme le seul candidat au classement des « mieux que bien ».

Viennent ensuite Yannick Jadot des Verts, l’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, l’eurodéputé Pierre Larrouturou, et enfin la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo.

L’exercice a été lancé par des militants politiques, notamment des militants écologistes, des féministes et des groupes antiracistes. Il est conçu pour donner à la gauche une chance de se battre pour la destitution du président Emmanuel Macron lors des élections d’avril et de favoriser l’apparition d’un candidat capable de mobiliser tous les autres croyants et leurs électeurs derrière eux.

Mais la primaire souffre de graves carences. Le plus important a été le refus des têtes de liste Mélenchon, Jadot et Hidalgo de se focaliser sur ses résultats.

« En ce qui me concerne, la primaire populaire est une évidence et existe depuis un certain temps », a déclaré Jadot samedi, tandis que Mølenchon a qualifié l’effort de « vague » et de « farce ».

Cependant, il a reconnu que leur nombre n’était pas suffisant pour faire échouer la décision de Taubra, affirmant que c’était le signal d’une enquête antitrust formelle sur les allégations.

READ  France Monet-Inspired Expo 2020 Dubai Pavilion invente une nouvelle maison à Toulouse

« Nous avons besoin d’une gauche unie, nous avons besoin d’une gauche forte, nous avons un grand chemin devant nous », a-t-il déclaré aux militants après la fin de dimanche, appelant désormais les autres candidats à « construire l’unité ».

Les sondages suggèrent que tous les candidats de gauche seront éliminés au premier tour de l’élection présidentielle en avril.

Macron, qui n’a pas encore annoncé sa candidature à la réélection, est le candidat le plus susceptible de l’emporter, selon les sondages, sur la dauphine d’extrême droite Marine Le Pen. Mais les sondeurs disent que le paysage politique reste instable et qu’il est difficile de convoquer un référendum.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.