La recherche de la victoire: l’Algérie se tourne vers la banane dans la bataille pour l’écart commercial

Sidi Fredj, Algérie (Reuters) – Face à la baisse des revenus énergétiques et à des importations plus chères, le gouvernement algérien se tourne vers des agriculteurs comme Mostafa Mazouz pour aider à réduire l’écart commercial – il lui a donc prêté un hectare de terre à condition qu’il l’utilise c’est pour faire pousser des bananes.

Mazouz, qui possède déjà une ferme de tomates, a construit des serres et a déjà récolté la banane dans les nouvelles terres près de la côte méditerranéenne.

Bien qu’il ne fournisse pas de chiffres, il dit que le projet est “très rentable”, et le gouvernement, qui récolte les bénéfices de l’agriculture locale précoce pour une culture qui a coûté 35 millions de dollars à importer au premier trimestre de 2019, est également heureux .

Mazouz dit que les bananes lui rapportent plus que les autres cultures parce que la plupart des fruits importés sont plus chers. Il envisage de créer une association de producteurs de bananes et souhaite que le gouvernement développe la culture à plus grande échelle le long de la côte.

«La culture de la banane aidera l’Algérie à trouver du travail et de la richesse», a-t-il déclaré à propos de sa bananeraie à l’ouest de la capitale, Alger. “Nous recherchons un soutien à l’investissement.”

Pour l’Algérie, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui n’a pas réussi à développer ses secteurs non énergétiques avant la baisse des prix du pétrole, la nécessité de pousser l’économie contrôlée par l’État à produire les biens qu’elle achète actuellement à l’étranger devient plus urgent.

READ  Une entreprise suisse crée une division saoudienne pour cibler le secteur de la construction navale

Des incitations

Les importations alimentaires, qui représentent environ 20% des achats de l’Algérie à l’étranger, ont atteint 8,07 milliards de dollars en 2019, et le gouvernement accorde des prêts à faible taux d’intérêt aux agriculteurs pour cultiver d’autres cultures également.

Le ministre de l’Agriculture, Abdul Hamid Hamdani, a annoncé cette semaine son intention de réduire cette facture annuelle d’au moins 2,5 milliards de dollars en augmentant la production nationale et en rationnant les dépenses sur les achats à l’étranger.

“Il est impératif de moderniser le secteur (agricole) et de fournir toutes les installations aux agriculteurs”, a-t-il déclaré au Parlement.

En 2020, les importations totales ont diminué de 18% à 34,4 milliards de dollars, la pandémie de coronavirus ayant perturbé le commerce mondial, mais le déficit a continué de se creuser car les recettes d’exportation ont chuté de 33% à 23,8 milliards de dollars.

Cela est principalement dû à la baisse des prix du pétrole brut et du gaz, qui représentent 94% des recettes d’exportation totales et 60% du budget de l’État.

“Le gouvernement … doit se déplacer vers d’autres secteurs tels que l’agriculture pour éviter les chocs financiers causés par les crises pétrolières”, a déclaré Mustafa Jabban, chef de la commission parlementaire de l’agriculture.

Mazuz estime que si le gouvernement tient toutes les promesses qu’il a faites aux agriculteurs, le secteur pourrait finir par aider des deux côtés du compte commercial – en satisfaisant d’abord la consommation intérieure, puis en produisant une production supplémentaire à l’étranger.

“En ce qui concerne les bananes, notre objectif est d’étendre les superficies cultivées pour atteindre l’autosuffisance avant de passer aux exportations”, a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *