La récolte de céréales en Algérie chute de 35 à 40 % cette année en raison de la sécheresse

L’Algérie, un importateur de céréales, s’attend à ce que la production de céréales chute de 35 à 40 % d’ici 2020, contre 5 millions de tonnes l’année dernière en raison de la sécheresse, a déclaré à Reuters le président de son association d’agriculteurs.

L’Algérie a, ces dernières années, récolté l’essentiel de sa demande de blé et d’orge, tout en important du blé tendre, en grande partie de France.

« La production chutera de 35 à 40 % en raison de la sécheresse », a déclaré Mohamed Aliyoi, président de l’Association des agriculteurs. « La sécheresse a frappé toutes les provinces de l’est et de l’ouest, principalement celles connues pour leur productivité élevée.

Les restrictions opérationnelles associées à l’épidémie mondiale ont contribué à la chute de la production dans tout le pays, obligeant les agriculteurs à réduire leurs attentes, a-t-il déclaré.

La faible production signifie que le gouvernement retournera sur les marchés internationaux pour approvisionner ses 45 millions de personnes.

L’Algérie dépense environ 1,3 milliard de dollars par an en importations de céréales, et le blé est considéré comme une culture stratégique.

Les vendanges se terminent dans les provinces du sud, commençant dans le nord dans les prochains jours et se poursuivant jusqu’à fin août.

« Nous sommes déçus. Mais nous espérons qu’il y aura beaucoup de pluie la saison prochaine », a déclaré l’agriculteur Ali Bakali lors d’une visite dans sa ferme de blé de deux hectares.

La sécheresse a frappé la plupart des récoltes des agriculteurs qui attendent que le gouvernement fasse de meilleures promesses pour améliorer les systèmes d’irrigation.

READ  La ceinture et la route de la Chine peuvent-elles relier la fracture Algérie-Maroc?

“Nous n’avons pas d’autres solutions que celles qui nous permettront de faire face à la sécheresse et à son impact sur l’agriculture”, a déclaré le mois dernier le ministre de l’Agriculture Abdelhamid Hamdani aux médias d’Etat.

Sur les 1,4 million de superficies irriguées, seuls 600 000 hectares environ sont plantés de céréales.

Le gouvernement a déclaré qu’il offrirait des incitations aux agriculteurs, notamment la suppression de certaines procédures administratives pour la culture des céréales.

Le président Abdelmadjit Debawan a appelé dimanche à une “révolution” dans la production de céréales et de semences, exhortant son gouvernement à augmenter la production de blé dur et à réduire les importations de blé tendre selon des méthodes modernes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *