La Russie dit construire un nouvel ordre mondial démocratique avec la Chine

Pékin – Pékin et Moscou ont présenté mercredi une vision pour un nouvel ordre mondial alors que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov effectuait sa première visite chez un allié majeur. Chine Depuis qu’il a lancé son pays Invasion de l’Ukraine. Le chef de la diplomatie moscovite a atterri dans la ville orientale de Huangshan tôt mercredi matin pour une série de réunions sur l’avenir du pays AfghanistanMais une attaque russe sanglante contre son voisin était susceptible de peser lourd sur les débats.

Pékin a refusé de condamner l’invasion et a fourni une couverture diplomatique à une Russie de plus en plus isolée.

Les responsables américains ont accusé la Chine d’indiquer sa « volonté » de fournir une aide militaire et économique à la Russie, tandis que le président Joe Biden a comparé l’invasion de l’Ukraine à la répression par la Chine des manifestations sur la place Tiananmen en 1989.

Mais Lavrov a brossé mercredi un tableau du nouvel « ordre mondial », affirmant que le monde « passe par une étape très dangereuse dans l’histoire des relations internationales ».

Négociations sur le nucléaire iranien à Vienne
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (à gauche) et Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères, se rencontrent lors de pourparlers nucléaires internationaux sur l’Iran, en photo d’archive le 6 juillet 2015 à Vienne, en Autriche.

Thomas Imo/Phototech/Getty


Nous sommes avec vous et avec sympathisants avec nous « Nous irons vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique », a déclaré M. Lavrov dans une vidéo publiée par le ministère russe des Affaires étrangères avant une rencontre avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

Les deux ministres ont été vus à la télévision d’État chinoise portant des masques faciaux et des coudes devant les drapeaux de leurs pays.

« Les relations sino-russes ont résisté au nouveau test de l’évolution de la situation internationale, ont maintenu la bonne direction de progrès et ont démontré une forte dynamique de développement », a déclaré Wang Yi cité par le ministère chinois des Affaires étrangères.


Le rôle de la Chine dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine

08:40

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré aux journalistes plus tôt que Moscou et Pékin poursuivraient leurs efforts « pour faire progresser la multipolarité mondiale et démocratiser les relations internationales ».

« La coopération sino-russe n’a pas de frontières », a ajouté M. Wang, faisant écho à la ligne utilisée par le président Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping pour décrire les relations.

« Notre poursuite de la paix n’a pas de limites, pas de limites à notre soutien à la sécurité, pas de limites à notre opposition à l’hégémonie », a déclaré Wang.

Lavrov doit assister à une série de réunions organisées par la Chine pour discuter des moyens d’aider l’Afghanistan, et des diplomates des États-Unis et des pays voisins dirigés par les talibans devraient également y assister.


L’Afghanistan souffre d’une pauvreté extrême et de problèmes économiques après la prise de pouvoir des talibans

07:45

La Chine partage une petite partie de la frontière avec l’Afghanistan, mais Pékin craint depuis longtemps que son voisin ne devienne un tremplin pour les séparatistes musulmans ouïghours du Xinjiang.

Les réunions font suite à une visite la semaine dernière de Wang à Kaboul, son premier voyage en Afghanistan depuis que les talibans ont pris le pouvoir.

Chine et Russie Je me suis rapproché ces dernières annéesPoutine assistant notamment à la cérémonie d’ouverture Jeux olympiques d’hiver à Pékin Le mois dernier, quelques jours avant l’invasion de l’Ukraine. Le leader de l’homme fort et le chinois Xi ont signé des milliards de dollars de contrats énergétiques lors de la visite de Poutine.

Poutine a rencontré Xi en privé avant la cérémonie d’ouverture à Pékin et les dirigeants ont publié une déclaration commune après laquelle ils ont montré un front uni face aux critiques occidentales. La déclaration, qui a été publiée sur le site Web du Kremlin, visait à présenter la Russie et la Chine non pas comme des concurrents pour la démocratie et la liberté sur la scène mondiale, mais comme des partisans de celle-ci.

Sans nommer explicitement d’opposants, le message était jusque-là clair : le monde change, et la Chine et la Russie ne seront pas freinées.


Une évaluation du rôle de la Chine dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine

04:15

« Certaines puissances minoritaires sur la scène mondiale continuent de préconiser des approches unilatérales pour résoudre les problèmes internationaux et de recourir à la politique de puissance, et pratiquent l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays, portant atteinte à leurs droits et intérêts légitimes et provoquant des contradictions, des désaccords et des affrontements », dit le communiqué de février.

Ils ont déclaré que la « démocratie » ne se bâtit pas sur des gabarits. En fonction de la structure sociale et politique, de l’histoire, des traditions et des caractéristiques culturelles d’un État particulier, son peuple a le droit de choisir les formes et les méthodes de mise en œuvre de la démocratie qui correspondent aux particularités de cet État. Le droit de juger si un pays est une démocratie appartient uniquement à son peuple.

Le message, à première vue, serait facile à ignorer pour l’Occident démocratique : les peuples russe et chinois n’ont pas « le droit de choisir les formes et les méthodes de mise en œuvre de la démocratie » comme ils le souhaitent, puisque aucun des deux pays n’existe. Élections libres et équitableset dénoncer les « formes et méthodes » de gouvernance existantes Ça finit souvent en prison sur Ceux qui l’ont essayé.

La Chine et la Russie l’ont souligné dans leur déclaration conjointe au début de cette année, réitérant leur « soutien mutuel indéfectible dans la sauvegarde de leurs intérêts fondamentaux, de la souveraineté de l’État et de l’intégrité territoriale, et s’opposant à l’ingérence des forces extérieures dans leurs affaires intérieures ».

READ  Trump a torpillé les appels à l'aide de Rudy Giuliani dans le circuit des fédéralistes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.