La vérité sur la chute du Kenya au huitième rang des économies d’Afrique

Le politologue professeur Mutahi Ngoni a affirmé vendredi 6 janvier que le Kenya est passé de la sixième à la huitième place dans le dernier classement du Fonds monétaire international (IFM).

Cependant, les données fournies par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (IFM) confirment que le Kenya reste la sixième plus grande économie d’Afrique.

Les organismes financiers internationaux ont confirmé que le Kenya est la troisième plus grande économie d’Afrique subsaharienne après l’Afrique du Sud et le Nigeria.

Dans son tweet, Ngoni a affirmé que le pays avait chuté de façon spectaculaire à la huitième place au cours des trois mois du mandat du président William Ruto.

Photo d’archive de l’analyste politique Mutahi Ngoni

Twitter

« Cher Cabinet, le Kenya était la sixième plus grande économie d’Afrique. En trois mois, il était passé à la huitième selon le Fonds monétaire international.

« En septembre 2022, l’économie a augmenté de 9,3 %. En décembre 2022, elle était tombée à 4,7 %. C’est votre record », a noté Ngoni.

Selon le politologue, le déclin de l’économie kenyane est dû à de mauvaises décisions de l’administration du président William Ruto.

« Et vous vous trompez sur les subventions », a ajouté Ngoni, « les subventions sont l’opium des masses ».

Ngoni, Connu pour ses affirmations politiques controversées, Il a noté que le pays se dirige dans la mauvaise direction en ce qui concerne l’économie.

Cependant, l’économie du Kenya devrait croître de 5,0 % en 2023 (contre 5,5 %) et revenir à 5,3 % en 2024, selon la Banque mondiale.

La Revue mondiale de la population et le Fonds monétaire international (IFM) révèlent que le PIB actuel du Kenya est d’environ 14 000 milliards de Ksh (106,04 milliards de dollars).

READ  L'Espagne est une option alors que l'UE tente de réduire sa dépendance au gaz russe

Cela place le Kenya à 5 derrière le Maroc, l’Algérie à 4, l’Afrique du Sud à 3, l’Égypte à 2 et le Nigeria à 1.

L’Éthiopie s’est classée septième, le Ghana (8), la Côte d’Ivoire (9) et l’Angola (10) complètent le top dix.

De gauche à droite : le CS de la Défense Aden Duale, le président William Ruto, le vice-président Rigathi Gachagua et le CS des Sports Ababu Namwamba lors d'une retraite le 6 janvier 2023.

De gauche à droite : le CS de la Défense Aden Duale, le président William Ruto, le vice-président Rigathi Gachagua et le CS des Sports Ababu Namwamba lors d’une retraite le 6 janvier 2023.

Twitter

Regathi Jashagwa

La Banque mondiale a noté que « la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie affecte les groupes les plus vulnérables de la région, et la dette publique et l’inflation sont à des niveaux jamais vus depuis des décennies ».

Le Fonds monétaire international (IFM) s’attendait à ce que le Kenya enregistre une croissance d’environ 5,3 %, sous le poids des emprunts étrangers.

En 2017, le Kenya a dépassé l’Angola pour devenir le troisième plus grande économie d’Afrique subsaharienne, Selon les données du Fonds monétaire international (FMI).

Le mercredi 4 janvier, le président William Ruto a déclaré catégoriquement que l’économie se développerait après avoir supprimé les subventions au carburant, à l’électricité et aux onga. Ruto a allégué que les subventions introduites par l’administration du président Uhuru Kenyatta pour soutenir les Kenyans étaient imprudentes.

Deux jours plus tard, le vendredi 6 janvier, il a ordonné à son cabinet de fixer des délais de trois, six mois et un an pour la réalisation de ses promesses électorales. L’un d’entre eux était la relance de l’économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.