L’Algérie accueille les matchs de l’équipe nationale palestinienne de football

Cosmin Contra : J’ai veillé à ce qu’Al-Ittihad remporte le championnat grâce à mon travail là-bas

Khamis Mushait : Cosmin Contra a parlé de son départ d’Al-Ittihad après avoir perdu le titre de la Ligue professionnelle saoudienne en 2022, et de la façon dont il a toujours cru que le club deviendrait champion grâce à ses efforts.

L’entraîneur roumain, qui a beaucoup voyagé, a pris la direction de Damac en mars dernier et se prépare désormais à affronter son ancien club jeudi soir à Djeddah.

Damac occupe actuellement la huitième place du classement, tandis qu’Al-Ittihad s’est hissé à la quatrième place ces dernières semaines sous la houlette du nouvel entraîneur Marcelo Gallardo.

S’adressant à Arab News, Contra a révélé ce qui le motive lorsqu’il entraîne un club qui ne court pas après les trophées et a expliqué comment les joueurs locaux ont été inspirés pour jouer aux côtés de Cristiano Ronaldo et Karim Benzema.

Comment vivez-vous la révolution du football saoudien lorsque vous êtes à la tête du Damac FC, un club actuellement en dehors du pôle principal de la Premier League ?

En tant que coach, vous essayez de faire votre travail du mieux que vous pouvez. Je dois améliorer l’équipe, recruter de meilleurs joueurs et obtenir de bons résultats. C’est pourquoi je travaille tous les jours. Une révolution du football est en train de se produire dans la Ligue saoudienne, et cela devient de plus en plus difficile contre tous les adversaires. Tout à coup, ils se sont tous améliorés. C’est un grand défi.

J’ai rejoint Damac avant le début des gros investissements de l’été. Vous attendiez-vous à cet afflux de joueurs étrangers ?

Non, je ne pensais pas qu’ils dépenseraient autant. Les meilleurs joueurs du monde viennent en Arabie Saoudite, je ne m’attendais pas à ce que cela arrive si vite. Nous (DAMAC) travaillons avec un petit budget, nous sommes un petit club. Nous voulons continuer à croître année après année, en visant toujours plus haut que l’année précédente. J’espère que nous pourrons atteindre nos objectifs.

J’étais officiel dans la fédération il y a deux ans. En mars, j’ai rejoint DAMAC. Dans quelle mesure la ligue donne-t-elle suite à toutes ces initiatives coûteuses ?

C’est une ligue beaucoup plus forte qu’elle ne l’était il y a quelques années. Je ne parle pas seulement d’Al-Hilal, Al-Nasr, Al-Ittihad et Al-Ahly, presque toutes les équipes sont les meilleures. Il est difficile de battre n’importe quel concurrent dans le Royaume d’Arabie Saoudite, et c’est ce qui a rendu la ligue bien meilleure.

READ  Joseph Parker se prépare pour le match revanche Derek Chisora ​​​​tandis que Kiwi cherche à faire une déclaration

Comment préparez-vous les matchs contre de grandes équipes ?

Vous ne pouvez pas traiter Ronaldo, Benzema et les autres stars comme des concurrents ordinaires, car ce n’est pas le cas. Ce sont des champions et de grands joueurs qui peuvent faire la différence à tout moment du match.

Quand tu joues avec de grandes équipes, ton travail devient plus facile d’un certain point de vue. Les joueurs sont vraiment très motivés, ils veulent faire quelque chose de grand et obtenir un résultat. Vous n’avez pas besoin de créer de l’ambition ; Ils l’ont déjà. Il faut agir tactiquement, pour essayer de surprendre même ceux qui semblent difficiles à surprendre. Chaque équipe a une faiblesse, il faut la trouver et essayer de l’exploiter à son avantage. C’est ça qui est amusant.

Les joueurs se sentent-ils dépassés par la qualité de leurs adversaires ?

Non, les joueurs savent à quoi s’attendre. Nous devons être préparés chaque semaine, c’est notre devoir. Il faut laisser tout ce qu’on a sur le terrain. Si nous faisons cela, nous avons une chance de gagner. La ligue est meilleure et les joueurs doivent progresser.

Cette révolution est-elle bonne ou mauvaise pour les acteurs locaux ?

Tout prend du temps, mais force est de constater que les acteurs locaux ont beaucoup à gagner. Ils s’entraînent et jouent aux côtés des héros qui ont écrit l’histoire de ce jeu. La mentalité des joueurs seniors est incroyable. Tout le monde autour d’eux a quelque chose à gagner. Mais le développement ne doit pas s’arrêter là. L’infrastructure doit être meilleure, tout comme les installations de formation. Une plus grande attention devrait être accordée à la jeunesse. Je connais des gens en Arabie Saoudite et je suis sûr qu’ils se concentreront très prochainement sur ces aspects.

Il y a aussi beaucoup de pression sur les gardiens de but, car ils affrontent certains des meilleurs attaquants du football mondial.

Cela dépend aussi de l’équipe. Il y a 10 joueurs devant vous si vous êtes gardien de but. Pour autant que je sache, les gardiens s’en sortent bien. Le mien s’entraîne dur. Il faut leur parler, les encourager constamment. Il y a beaucoup de grands gardiens locaux en Arabie Saoudite, la qualité est là, ils ont le talent. Je suis content des gardiens.

READ  L'Espagne arrête 5 personnes soupçonnées d'appartenir à une cellule djihadiste

Pensez-vous que l’approche du jeu des joueurs locaux a changé au cours des six derniers mois ?

Notre rôle est de leur faire prendre conscience de ce que signifie être un joueur. C’est un travail pour lequel vous êtes payé. Nous essayons de changer certaines mentalités existantes. Peut-être que certains joueurs n’étaient pas assez motivés avant. Les choses ont changé, oui. Les joueurs deviennent plus professionnels et s’adaptent au changement. Ils veulent être meilleurs. Pour moi, quand je vois cela dans mon équipe, la satisfaction est immense. C’est formidable de sentir que l’on contribue à l’amélioration des acteurs locaux.

Votre précédente expérience en Arabie Saoudite était à la tête du Club Al-Ittihad, l’un des géants du pays. En quoi était-ce différent de maintenant ?

Vous ne pouvez pas comparer entre Al-Ittihad et Damac. Al-Ittihad est l’un des plus grands clubs d’Asie et la pression est énorme. Nous avons ici aussi de la pression, mais d’une autre nature. Je veux qu’on reste dans un endroit sûr, au milieu du peloton, un peu plus haut si possible. C’est notre objectif chez DAMAC, en plus d’améliorer nos joueurs.

Nous ne voulons pas de la pression d’une bataille de relégation. Al-Ittihad et Damac sont deux clubs très différents et il est difficile de les comparer. En gros, dans la fédération, il faut gagner chaque match. Ici, chez DAMAC, c’est la pression que nous nous mettons. Le staff et les joueurs veulent gagner le plus possible et ne jamais abandonner. Différentes perspectives, différents types de travail.

En 2022, il a perdu le titre de Premier League face à Al Hilal lors de la dernière journée de la saison. Pensez-vous que votre carrière aurait été différente si vous aviez remporté le titre avec Al-Ittihad ?

Peut être. On ne sait jamais ces choses. J’avais un accord pour rester entraîneur d’Al-Ittihad quoi qu’il arrive, mais le club a changé d’avis. Je connais le travail que vous avez fait là-bas. J’ai dit aux patrons : ‘Écoutez, si nous ne le gagnons pas cette saison, je garantis à 100 % que l’équipe est prête à le faire l’année prochaine.’ C’est ce qui s’est passé, mais sous un autre manager.

Etes-vous satisfait de votre travail là-bas ?

Le travail que vous avez fait était bon. L’équipe a continué sur la même lancée et le titre a finalement été célébré. Si j’étais resté, je suis sûr que j’aurais gagné le championnat avec Al-Ittihad, je n’en doute pas. Je connais le travail que j’ai fait et comment j’ai constitué l’équipe. Je ne sais pas ce qui se serait passé si j’avais gagné le championnat du premier coup. Des choses étranges se produisent. J’aurais pu gagner et quand même on m’a montré la porte alors que mon contrat expirait.

READ  L'athlète français Pierre Fairbank « joue pour gagner » aux Jeux paralympiques de 2024

Pensez-vous que les petits clubs de Premier League bénéficieront d’investissements importants dans les années à venir ?

Je pense que oui. Les clubs recevront suffisamment d’argent pour garantir que la ligue soit compétitive dans son ensemble. Je ne sais pas si l’investissement sera aussi important que dans le top quatre, mais les budgets augmenteront et nous pourrons recruter nous-mêmes de meilleurs joueurs.

Y a-t-il désormais davantage d’acteurs qui proposent leurs services ?

Il y a beaucoup de joueurs qui veulent venir ici. Mais à ce stade, il est vraiment difficile de négocier avec eux car les agents entendent parler de sommes énormes et pensent que tous les clubs d’Arabie Saoudite peuvent payer la même somme. Ce n’est pas le cas mais certains ne comprennent pas que seuls quelques clubs peuvent se permettre de débourser des sommes exorbitantes.

Rencontrez-vous des difficultés au quotidien en tant qu’entraîneur de Damac ?

Je n’ai pas beaucoup de problèmes. Nous entretenons une relation fondée sur le respect avec tout le monde : les officiels du club, les joueurs et les supporters. Cela n’a pas été facile au début, et c’était peut-être un peu difficile de motiver certains d’entre eux au début, mais maintenant nous avançons tous dans la même direction. Tous les garçons sont des professionnels et c’est plus facile pour moi de faire mon travail.

Avez-vous le sentiment de faire partie de l’une des plus grandes révolutions du football ?

Absolument, à 100 pour cent. Imaginez qu’ils transforment une ligue dont peu de gens en dehors du pays se soucient. Ce n’était pas facile. De plus en plus d’argent sera investi. Nous sommes sur la touche et essayons de soutenir de toutes les manières possibles, afin que le produit et le football s’améliorent ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *