L’Algérie ajoute sa voix contre les sanctions illégales contre le Zimbabwe

Le héraut

Il est journaliste pour le Dhaka Herald

L’Algérie a ajouté hier sa voix aux appels croissants à la levée inconditionnelle des sanctions financières occidentales illégales imposées au Zimbabwe.

Cela fait suite à la commémoration de la Journée anti-embargo de la SADC le mois dernier, le 25 octobre, où les pays africains ont été sans équivoque dans leur demande de levée des embargos illégaux.

Le Zimbabwe a reçu un énorme soutien des pays progressistes avec un appel mondial à la levée des sanctions financières imposées par l’Occident après la réforme agraire.

S’exprimant hier lors de la commémoration de la fête nationale algérienne à Harare, l’ambassadeur d’Algérie au Zimbabwe, M. Noureddine Yazid, a déclaré qu’ils étaient aux côtés des Zimbabwéens dans leur lutte pour la liberté contre les sanctions économiques.

« Je tiens à réitérer notre profonde solidarité avec le peuple zimbabwéen et son gouvernement face aux sanctions économiques illégales frappant le pays, dont les premières victimes sont les couches vulnérables de la société », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur Yazid s’est dit déçu par le faible volume des échanges entre les deux pays, affirmant qu’il fallait faire davantage pour renforcer les excellentes relations diplomatiques existantes.

Certains délégués suivent les débats lors de la célébration de la célèbre révolution algérienne du 1er novembre 1954 à Harare hier.

« Malgré les capacités économiques des deux pays, la qualité des relations politiques que nous partageons ne se reflète pas dans nos échanges économiques et commerciaux », a-t-il déclaré. « Cela devrait être coordonné par le développement de la coopération bilatérale et le renforcement de nos relations commerciales, en tirant parti des installations existantes dans les deux pays et dans la zone de libre-échange continentale africaine.

READ  Troost-Ekong "Notre but contre l'Algérie est de gagner" -

« Nous avons signé plusieurs accords et nous travaillons sur d’autres MoU en plus des accords déjà signés, ce qui, je crois, renforcera notre coopération et nos échanges commerciaux. Économies.

« La reprise des réunions de la Commission mixte permanente de coopération sera certainement une étape importante dans nos efforts pour améliorer ces relations économiques ».

L’ambassadeur Yazid a déclaré que c’est dans le cadre de ce principe que l’Algérie a choisi de se tenir aux côtés du peuple zimbabwéen dans sa lutte pour l’indépendance.

Après l’indépendance en 1980, l’Algérie a été parmi les premiers pays à ouvrir une ambassade à Harare.

« Depuis lors, nous avons forgé une relation solide avec cette nation fraternelle basée sur l’amitié, la solidarité et la coopération », a déclaré l’ambassadeur Yazid. « Cependant, notre coopération dans le domaine de l’enseignement supérieur a été satisfaisante à travers l’attribution annuelle de bourses aux étudiants zimbabwéens dans les universités algériennes, que nous reprendrons à partir de l’année prochaine.

« Cette coopération devrait être étendue aux deux pays et à d’autres secteurs d’intérêt. »

Le secrétaire permanent par intérim des affaires étrangères et du commerce international, M. Pearson Sikiji, a déclaré que les Zimbabwéens étaient heureux de constater que les deux pays jouissaient d’excellentes relations à l’époque de la lutte du Zimbabwe pour l’indépendance.

« Le Zimbabwe et l’Algérie entretiennent d’excellentes relations fondées sur les principes d’autodétermination, d’unité et d’amitié », a-t-il déclaré. « Ces excellentes relations ont été entretenues et renforcées grâce à une collaboration étroite dans divers secteurs, dont celui de l’éducation.

Votre gouvernement attribue chaque année des centaines de bourses à de jeunes Zimbabwéens méritants pour étudier dans des universités algériennes dans le cadre du programme de bourses algériennes. Nous sommes vraiment reconnaissants pour cette démonstration de solidarité et de soutien.

READ  L'Algérie, la Tunisie, le Nigeria et le Cameroun se sont qualifiés pour la phase finale de la Coupe du monde de football.

M. Sikiji a déclaré que le principe d’autodétermination obligeait le Zimbabwe et l’Algérie à faire pression pour l’autodétermination et l’indépendance des peuples sahraoui et palestinien.

Un objectif clé pour l’Algérie et le Zimbabwe était d’améliorer et d’étendre la coopération dans le secteur économique.

« La relance de notre Commission conjointe permanente de coopération, qui s’est tenue pour la dernière fois en 2009, sera une étape importante dans cette entreprise », a déclaré M. Sikiji. « À cet égard, nous travaillons dur pour la relance de la commission.

« L’Accord de libre-échange continental africain est une plate-forme importante pour renforcer nos relations commerciales dans l’intérêt mutuel de nos deux alliés et peuples, et pour une augmentation significative du commerce intra-africain ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.