L’Algérie annonce une connectivité terrestre et une zone de libre-échange avec la Mauritanie

Tindouf, Algérie

En raison de sa crainte d’un isolement régional, surtout après que le Maroc a lancé la « Royal Atlantic Initiative », qui a facilité l’accès des pays du Sahel à l’océan Atlantique, l’Algérie a tourné son attention vers son voisin du sud, la Mauritanie.

Aujourd’hui jeudi, le président Abdelmadjid Tebboune et son homologue mauritanien, Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, ont ouvert une porte à la frontière entre les deux pays d’Afrique du Nord. Ils ont également convenu d’établir une zone de libre-échange et de construire une route de 847 km qui reliera la ville algérienne de Tindouf à Zouerate, en Mauritanie. Les experts estiment que ce projet ambitieux risque de se heurter à certains obstacles en raison de son manque de vision claire, de son coût et du petit nombre de personnes habitant la zone.

Cet accord intervient quelques jours après que l’Algérie, également membre de l’OPEP, a annoncé qu’elle investirait 442 millions de dollars dans des projets énergétiques au Mali, au Niger et en Libye.

Par ailleurs, l’Algérie a annoncé qu’elle ouvrirait quatre zones de libre-échange supplémentaires en 2024 avec le Mali, le Niger, la Tunisie et la Libye.

La frontière entre l’Algérie et le Maroc, les deux pays les plus peuplés de la région du Maghreb, est restée fermée depuis 1994, malgré les appels répétés du Maroc ces dernières années à la rouvrir. L’Algérie a rompu unilatéralement ses relations avec le Maroc en 2021 et a arrêté le flux d’un gazoduc vers l’Espagne via le Maroc. Elle a ensuite interdit à tous les avions marocains de traverser son espace aérien.

READ  Un rapport montre que les investisseurs américains ont investi des milliards dans le secteur chinois de l'IA

Le conflit du Sahara occidental a été au cœur de la détérioration des relations entre les deux pays. Le Maroc considère la région comme sa propriété, mais le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, veut y établir un Etat indépendant.

L’Algérie a également maintenu fermée sa frontière terrestre avec la Tunisie pendant quelques années pour des raisons sanitaires, même après que la pandémie de COVID-19 ne soit plus une préoccupation supplémentaire pour les autres pays.

L’Algérie, qui dépend fortement des ventes de pétrole et de gaz, cherche à diversifier son économie et à améliorer ses relations avec les pays de la région après une escalade des tensions avec le Mali et le Niger et une impasse avec la Tunisie et la Libye.

Le Niger a récemment déclaré qu’il se joignait à l’initiative du roi Mohammed VI visant à faciliter l’accès des pays du Sahel à l’océan Atlantique. Il cherchera à établir un partenariat stratégique avec le Maroc.

La décision de Rabat a jusqu’à présent suscité des réactions positives au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Tchad, à un moment où la diplomatie algérienne n’a pas réussi à gagner la confiance des nouveaux dirigeants du Niger et du Mali. L’Algérie craint que l’initiative atlantique du Maroc ne conduise à son isolement supplémentaire dans la région.

Mohamed Al-Tayyar, chercheur marocain en études de sécurité et stratégiques, a déclaré au journal Arab Weekly que la politique du Royaume dans la région du Sahel « diffère de la position de la France, de l’Algérie et de la plupart des pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). ).” « Des situations qui ne peuvent pas s’adapter aux changements en cours. »

READ  La compétitivité économique de la Corée a diminué dans l'enquête

D’autres experts estiment que la transition de l’Algérie vers la Mauritanie pourrait être trop limitée et trop tardive. Les analystes régionaux affirment que l’Algérie n’a pas réussi jusqu’à présent à communiquer de manière convaincante avec ses voisins ni à prendre conscience de l’ampleur des processus de réorganisation dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *