L'Algérie baisse les impôts et offre de la croissance dans les secteurs matures


La nouvelle loi algérienne a modifié le climat d'investissement pour attirer les compagnies pétrolières internationales, en réduisant considérablement les impôts tout en éliminant les droits de douane et les taxes sur les équipements E&P importés.

Selon Fethi Arabi, « nous cherchons non seulement à fournir des actifs d'exploration, mais au-delà de cela, nous assurons également le développement d'actifs dans des actifs matures ». Vice-président, développement commercial et marketing chez Sonatrach, la société nationale algérienne des hydrocarbures. « Nous explorons différentes zones, en bordure des zones côtières, tout en envisageant également de développer certaines zones du nord du pays, et plus de 100 découvertes restent sous-exploitées », a-t-il déclaré.

La nouvelle loi algérienne de réforme prévoit des exonérations de TVA pour les activités professionnelles dans le secteur pétrolier et gazier, a déclaré Arabi lors du Sommet panafricain de l'énergie.

Il a expliqué que Sonatrach est désormais activement engagée dans des partenariats et des discussions avec plus de 20 sociétés pétrolières et gazières, aboutissant à des accords importants. La major française TOTAL et l'explorateur italien ENI sont deux grandes sociétés européennes qui ont placé leurs opérations algériennes en tête de leur liste stratégique au cours des dix derniers mois. DERNIER RAPPORT TRIMESTRIEL DE TOTAL 3rd Le rapport trimestriel 2023 cite « le partenariat avec Sonatrach pour booster la production des champs de Tin Fouye Tabankort » comme un point fort de sa stratégie en matière d'énergies renouvelables, tandis que le projet de TOTAL visant à « étendre les approvisionnements en GNL en France de 2 millions par an d'ici 2024 » figure en tête de liste. Développer des projets d’énergies renouvelables en Algérie

READ  L'Australie et la France conviennent d'un accès mutuel aux bases militaires du Pacifique

« Ces collaborations devraient permettre de lever près de 6 milliards de dollars pour améliorer la qualité du pétrole brut, des condensats, du GPL et du gaz naturel, tout en prolongeant la durée de vie des gisements existants, conduisant à une production supplémentaire de près d'un milliard de barils d'équivalent pétrole », a déclaré Arabi. expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *