L'Algérie diffame la presse française après l'extradition d'un journaliste

L'Algérie a accusé un journal basé en France de ce qu'elle a qualifié de « conditions hostiles » après que ce pays d'Afrique du Nord a interdit à l'un de ses journalistes, un Algérien, d'entrer sur son territoire.

Farid Alilat, reporter du magazine francophone Jeune Afrique, basé à Paris, a été expulsé la semaine dernière quelques heures après son atterrissage à Alger, la capitale.

« Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans une presse indésirable », a déclaré jeudi soir le ministre de la Communication, Mohamed Lagab.

Dans une publication sur Facebook suite à son expulsion le 13 avril, Alilat a déclaré qu'il avait été détenu par la police pendant 11 heures et longuement interrogé sur ses écrits et son journalisme.

Il a déclaré que les responsables de l'aéroport ne lui avaient pas donné le motif de sa détention et lui avaient dit qu'ils agissaient sur ordre « d'en haut » avant de le renvoyer en France, où il dispose d'un titre de séjour depuis 2004.

Publicité – Faites défiler pour continuer

Lagab a accusé Lagab d'avoir profité de sa nationalité algérienne pour interférer avec son message sur la nation riche en hydrocarbures.

« En tant qu'Algérien, il est le bienvenu », a déclaré le ministre, ajoutant que le problème venait du fait que le magazine « adoptait des positions éditoriales hostiles à l'égard de l'Algérie ».

Jeune Afrique, magazine panafricain fondé en France en 1960 par un journaliste franco-tunisien, a longtemps été critiqué par les autorités algériennes.

Publicité – Faites défiler pour continuer

Ils disent que cela dresse souvent un tableau sombre et inexact du pays, tout en favorisant son rival régional, le Maroc.

READ  Un éducateur algérien fait face à des menaces de mort lors d'un procès pour outrage

Alilat, qui a réalisé un important travail de reportage et d'enquête en Algérie pour le magazine, a déclaré que c'était la première fois qu'il rencontrait un problème avec les autorités.

Il a déclaré qu'il se rendait régulièrement dans ce pays d'Afrique du Nord pour faire des reportages et qu'il avait interviewé nombre de ses responsables au cours des deux dernières décennies.

Publicité – Faites défiler pour continuer

« Je comprends parfaitement que mes articles provoquent de l'irritation », a-t-il écrit sur Facebook. « Je suis un journaliste indépendant. Je couvre l'actualité de mon pays en tant que journaliste libre et indépendant. »

L'Algérie devrait organiser des élections présidentielles en septembre.

Des manifestations massives en faveur de la démocratie ont secoué le pays en 2019, obligeant le président de longue date Abdelaziz Bouteflika à démissionner.

Publicité – Faites défiler pour continuer

Le mouvement s'est effondré sous la pandémie de coronavirus et le gouvernement du président Abdelmadjid Debon a ensuite interdit les manifestations, intensifiant les poursuites judiciaires contre les manifestants, les militants et les journalistes.

De nombreux journalistes sont actuellement emprisonnés en Algérie, qui se classe au 136ème rang sur 180 pays et territoires.

bur/bou/ysm/dv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *