L’Algérie dit qu’un bombardement marocain a tué trois Algériens à la frontière du Sahara Occidental

ALGER (Reuters) – L’Algérie a déclaré mercredi que les bombardements marocains avaient tué trois de ses citoyens dans la région frontalière entre la Mauritanie et la province contestée du Sahara occidental et a averti qu’il « ne restera pas impuni ».

L’incident de lundi met en évidence les risques d’escalade entre les deux puissants rivaux nord-africains après des mois de détérioration des relations liées au conflit au Sahara occidental.

La présidence a déclaré que « plusieurs éléments pointent vers l’implication des forces d’occupation marocaines au Sahara occidental dans cet assassinat lâche ». Elle a ajouté que les trois étaient dans un camion se dirigeant vers la Mauritanie pour le commerce.

Le Maroc n’a pas immédiatement commenté. Après avoir fait circuler des images d’une voiture en feu sur les réseaux sociaux mardi, la Mauritanie a déclaré qu’il n’y avait eu aucun bombardement sur son territoire.

L’Algérie est le principal hôte et soutien du Front Polisario, qui revendique l’indépendance du Sahara occidental vis-à-vis du Maroc, qui contrôle la majeure partie de son territoire et le considère comme le sien.

L’année dernière, après un incident près du poste frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie, le Polisario a annoncé la reprise de sa lutte armée contre le Maroc après une trêve de trois décennies.

Cependant, bien que les médias algériens et le Polisario aient signalé des attaques contre des cibles marocaines, Rabat affirme qu’il continue de maintenir le cessez-le-feu de 1990 et ne s’engage dans une action militaire qu’en réponse aux attaques.

Cette année, l’Algérie a rompu ses relations avec le Maroc, l’accusant de ne pas respecter ses engagements sur le Sahara occidental et de soutenir un groupe indépendantiste régional à l’intérieur de l’Algérie. Il a également mis fin aux approvisionnements en gaz et coupé son espace aérien des avions marocains.

READ  Mbappe trébuche avec la France

Le Maroc a qualifié ces accusations de fausses et absurdes et a déclaré que l’Algérie n’avait aucune justification pour rompre les relations et a déclaré que l’Algérie est la principale partie dans le conflit du Sahara occidental.

(Reportage de Yasmine Hussein au Caire et Hamid Ould Ahmed et Lamine Cheikhi à Alger ; Reportage d’Ahmed Al-Jushtimi à Rabat ; Écriture d’Ahmed Elhamy ; Montage par Peter Graf et William MacLean)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *