L’Algérie enverra à nouveau un ambassadeur en Espagne après 19 mois de crise diplomatique

Le département du Trésor américain a imposé des sanctions à trois anciens responsables soudanais pour leur rôle dans la atteinte à la paix, à la sécurité et à la stabilité du pays.

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor américain a déclaré que ces désignations soutiennent les efforts diplomatiques de la communauté internationale pour mettre fin au conflit et démontrent l’engagement des États-Unis à former un gouvernement civil et à assurer la transition vers la démocratie.

Le sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, a déclaré que le département du Trésor poursuit ses efforts « pour identifier et prendre des mesures contre les individus qui contribuent à l’instabilité au Soudan et compromettent les perspectives d’une solution pacifique ».

Il a ajouté : « Les États-Unis ne toléreront pas l’exploitation continue du peuple soudanais par ceux qui cherchent à étendre et à approfondir le conflit ».

Les sanctions incluent Taha Othman Ahmed Al-Hussein, ancien ministre d’État et directeur du bureau présidentiel de l’ancien président soudanais Omar Al-Bashir.

Hussein a joué un rôle central dans la gestion des relations entre les RSF et les acteurs régionaux afin de renforcer les efforts de combat des RSF.

Parmi eux figurent également Salah Abdullah Mohamed Salah, un ancien haut responsable du gouvernement soudanais qui a quitté son poste après la chute du régime de Bashir et qui a depuis déployé des efforts pour déstabiliser le Soudan.

Le Trésor comprenait également Mohamed Atta Al-Mawla Abbas, ancien ambassadeur du Soudan et chef du Service national de renseignement et de sécurité soudanais sous le régime de Béchir.

READ  Orlando Pirates, les dernières mises à jour sur les blessures d'Algérie !

Des sources ont révélé de nouveaux détails concernant les différends et les accusations mutuelles entre l’armée soudanaise et les Forces de soutien rapide, menaçant de tenir le deuxième cycle de négociations à Djeddah, sous le parrainage saoudo-américain.

Les sources ont expliqué que les négociations pourraient reprendre ultérieurement sans annonce officielle, notant que la délégation de l’armée avait préalablement accepté une proposition présentée par un expert de l’Organisation intergouvernementale de développement (IGAD).

Les sources ont indiqué que l’expert de l’IGAD a proposé de geler tous les mouvements et toutes les forces restantes dans sa zone de contrôle, immédiatement après la signature de l’accord de cessation des hostilités convenu par les deux parties.

L’armée a ensuite rejeté cette proposition.

Les sources, qui ont requis l’anonymat, ont déclaré à Asharq Al-Awsat que la délégation de négociation de l’armée avait également rejeté un autre point appelant à un dialogue politique global, 15 jours après avoir accepté d’arrêter les hostilités.

L’armée a également rejeté la création d’un centre commun chargé de surveiller le cessez-le-feu. Le centre comprend quatre pays et est dirigé par le Royaume d’Arabie saoudite.

L’armée a également insisté sur le retrait des Forces de soutien rapide de la capitale Khartoum.

– Mesures de confiance

Les Forces de soutien rapide ont accusé l’armée de ne pas s’engager à mettre en œuvre les mesures de « renforcement de la confiance » convenues dans la plateforme de Djeddah.

L’agence de presse du monde arabe a cité une source proche du déroulement des négociations, affirmant que les tentatives de l’armée soudanaise d’impliquer « des éléments de l’ancien régime » étaient l’une des raisons de l’échec des pourparlers de Djeddah.

READ  La somme versée d'Air France à San Mateo est allée au voyageur inutile

La source, qui a requis l’anonymat, a déclaré que l’armée avait cherché à « contrecarrer la plateforme de négociation » en incluant deux membres de l’ancien régime, l’ambassadeur Omar Al-Siddiq et le général de brigade Saleh Al-Moubarak.

RSF a rejeté ces deux personnalités, retardant les négociations de trois jours avant d’accepter de les écarter et de les retenir comme experts.

Les négociations sont suspendues sans aucun progrès

La source a confirmé que le deuxième cycle de négociations a échoué et que la médiation s’est arrêtée sans aucun progrès, notamment sur les questions humanitaires et sur le cessez-le-feu.

En novembre dernier, le deuxième cycle de négociations de Djeddah a débuté sur deux points principaux : l’aide humanitaire et les mesures de confiance.

Le 7 novembre, les deux parties ont signé des engagements visant à fournir une aide humanitaire et des mesures de confiance, qui comprenaient quatre éléments fondamentaux, à savoir l’arrestation des islamistes évadés des prisons.

La source a confirmé que l’accord prévoyait dix jours pour arrêter les personnes recherchées.

La délégation de soutien rapide a remis la liste des personnes recherchées et la délégation de l’armée a demandé cinq jours, mais elle n’a pas tenu ses promesses, même après que le délai ait été prolongé de dix jours supplémentaires.

Selon la même source, la délégation de l’armée a refusé d’envoyer de l’aide humanitaire dans les zones touchées au Darfour et dans d’autres régions du pays.

Il a également refusé d’ouvrir les aéroports de Nyala, El Geneina et El Fasher à des fins humanitaires et a insisté pour que l’aide soit acheminée via l’aéroport de Port-Soudan.

READ  Gagnez 1 des 20 laissez-passer doubles pour voir de délicieux

– Contrôle des capitaux

Les Forces de soutien rapide ont pris le contrôle de vastes zones de la capitale, obligeant l’armée à se retirer au Darfour et au Kordofan.

Le mois dernier, les Forces de soutien rapide ont pris le contrôle de grands bastions militaires à Nyala, Zalingei et El Geneina, dans la région du Darfour.

La source a déclaré à l’Agence de presse du Monde Arabe que la délégation de l’armée avait demandé à Médecins sans frontières et aux organisations italienne et norvégienne d’arrêter leur travail à Khartoum et avait refusé d’accorder des visas aux travailleurs des domaines humanitaire et médical.

Médecins sans frontières au Soudan a déclaré vendredi qu’elle avait été contrainte de prendre la décision difficile de réduire au minimum le nombre de travailleurs dans le nouvel hôpital d’Alban.

L’organisation a indiqué que ces mesures interviennent à la lumière des restrictions strictes imposées aux déplacements des employés et du retard des autorités dans la délivrance des autorisations de voyage.

– Umma Party : Déception

Le chef du parti National Umma, Fadlallah Burma Nasir, a déclaré lundi que l’échec des négociations de Djeddah avait déçu le peuple soudanais.

Il a déclaré dans un communiqué que la nation nationaliste accuse les forces extrémistes de l’échec des négociations, soulignant que les déclarations irresponsables et la publication d’accusations confirment l’absence de volonté nationale pour parvenir à un accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *