L'Algérie et la Mauritanie lancent un projet de zone de libre-échange

L'agence de presse officielle algérienne APS a rapporté jeudi que les présidents algérien et mauritanien, Abdelmadjid Debon et Mohamed Ould Cheik Ghazowani, ont inauguré une zone de libre-échange entre les deux pays.

Lors d'une cérémonie d'ouverture tenue dans la commune de Tindouf, dans l'ouest de l'Algérie, les deux présidents ont annoncé le début de la construction d'une route de 840 km entre Tindouf et Zouerate qui reliera les deux pays et facilitera le fonctionnement d'une zone de libre-échange. .

C'est la première fois que l'Algérie investit dans un projet hors de ses frontières depuis son indépendance en 1962.

Plus tôt ce mois-ci, l'Algérie a annoncé son intention d'établir des zones de libre-échange d'ici 2024 avec certains de ses voisins, dont la Mauritanie, la Tunisie, la Libye et le Niger.

La création d'un tel secteur d'activité signifie que les marchandises peuvent être expédiées, manutentionnées et exportées selon des réglementations douanières spécifiques et généralement en franchise de droits de douane.

Le projet devrait accroître les échanges commerciaux et économiques et atténuer les défis commerciaux pour les agriculteurs et les entreprises des deux pays.

Dans une déclaration conjointe avec les investisseurs mauritaniens, M. Debon a appelé les investisseurs mauritaniens à bénéficier des exonérations fiscales et douanières offertes par le projet, soulignant que « les produits mauritaniens et les produits d'origine manifeste sont les bienvenus en franchise de droits ».

M. Kazovani a déclaré que l'accord commercial créerait un « point de rencontre et un pont d'échange » qui renforcerait la coopération bilatérale entre les deux pays.

Ces dernières années, l’Algérie a tenté de simplifier son système économique rigide, basé sur les hydrocarbures, et de se tourner vers d’autres secteurs pour concurrencer le Maroc voisin.

READ  Les responsables du voyage disent que la liste verte du Royaume-Uni est `` très prudente ''

L’économie algérienne est connue pour sa lourde réglementation étatique et son manque de transparence envers les investissements internationaux, en particulier occidentaux.

Cependant, depuis les manifestations de masse qui ont mis fin aux 20 ans de présidence d'Abdelaziz Bouteflika en 2019, le gouvernement algérien a modifié ses stratégies économiques et s'est orienté vers une plus grande coopération avec ses voisins et les puissances mondiales telles que la Russie et la Chine.

La mise en place de zones de libre-échange entre l'Algérie et ses pays africains voisins pourrait avoir des conséquences géopolitiques dans la région, comme une diminution des échanges commerciaux avec ces États pour le Maroc.

Mise à jour : 22 février 2024, 19h17

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *