L’État de Lagos intervient pour atténuer la crise du coût de la vie au Nigeria

Les manifestants de la ville d'Ibadan, dans le sud du pays, brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Stop au mauvais gouvernement », « Stop à la pénurie alimentaire » et « Stop à la souffrance des Nigérians ». Photographie : Samuel Al-Olabi/AFP/Archive
Source : Agence France-Presse

Le gouverneur de l'État de Lagos au Nigeria a dévoilé jeudi une série de mesures visant à atténuer le coût élevé de la vie après le déclenchement des manifestations.

Le Nigeria souffre d’une crise économique caractérisée par une inflation élevée, ce qui oblige de nombreuses personnes à avoir du mal à acheter de la nourriture.

Le gouverneur Babajide Sanwo-Olu, dont l'État compte 20 millions d'habitants dans la ville de Lagos, a énuméré des mesures comprenant une semaine de travail de trois jours pour les fonctionnaires, une réduction de 25 pour cent des tarifs des transports publics et l'ouverture de la concurrence sur les prix pour les services publics. 42 dimanches. Marchés.

Il a également annoncé que 50 000 femmes enceintes seront exemptées des frais de santé chaque année.

Cette intervention intervient après que le Congrès du travail nigérian a appelé la semaine dernière à des manifestations nationales les 27 et 28 février contre le coût de la vie.

De nombreux Nigérians pauvres ont été contraints d’abandonner des produits considérés comme des produits de luxe, comme la viande, les œufs et le lait.

Lire aussi

Banque mondiale : l'économie de Gaza a diminué de plus de 80 % au quatrième trimestre à cause du conflit

Des manifestations ont déjà eu lieu ce mois-ci dans plusieurs endroits, notamment à Suleja, près de la capitale Abuja, à Minna dans l'État du Niger et à Kano.

Des centaines de personnes ont manifesté lundi à Ibadan, ville du sud-ouest du pays, pour exprimer leur colère contre le leadership du président Bola Ahmed Tinubu, selon un journaliste de l'AFP présent sur place.

READ  Le sénateur Michael Bennett et son rival Joe O'Dea discutent de l'inflation et de l'économie

Les manifestants portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Stop au mauvais gouvernement », « Stop à la pénurie alimentaire » et « Stop à la souffrance des Nigérians ».

Depuis que Tinubu a pris ses fonctions l'année dernière, il a mis fin aux subventions sur les carburants et au contrôle des changes, ce qui a entraîné un triplement des prix de l'essence et une hausse du coût de la vie à mesure que le naira se déprécie par rapport au dollar.

Il a appelé à plusieurs reprises à la patience pour permettre la mise en œuvre de ses réformes, affirmant qu'elles contribueraient à attirer les investissements étrangers, mais ces mesures ont durement porté préjudice aux Nigérians.

Le taux d'inflation du pays a atteint près de 30 pour cent en janvier, selon le Bureau national des statistiques.

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *