L’Algérie et la Russie produiront deux millions de mètres cubes de gaz par jour en 2026

Jeudi, le ministre russe de l’Energie Nikolaï Choulginov a annoncé un partenariat avec l’Algérie pour produire deux millions de mètres cubes de gaz par jour.

Parallèlement, l’Algérie et le Japon ont signé un accord portant création d’un comité chargé de développer la coopération économique et commerciale entre leurs pays.

Ces développements reflètent une nouvelle tendance algérienne à rechercher de nouveaux partenaires, loin des partenaires traditionnels, notamment en Europe occidentale.

Gazprom prévoit de commencer à produire des hydrocarbures dans la région algérienne d’Al-Assal en 2026, a déclaré jeudi Choulginov dans une interview accordée à l’agence TASS.

Il s’agit d’un investissement d’un milliard de dollars entre Gazprom et la compagnie pétrolière algérienne Sonatrach pour développer deux champs nouvellement découverts dans les régions d’Al-Assal et de Hassi Messaoud (900 km au sud de la capitale).

Le partenariat vise à produire deux millions de mètres cubes de gaz naturel par jour, plus de 1 000 tonnes de condensats et plus de 220 tonnes de gaz de pétrole liquéfié.

« Nous avons également discuté des opérations de Gazprom dans le pays. En 2026, l’entreprise prévoit de commencer à produire des hydrocarbures dans la région du miel », a déclaré Choulginov.

Le ministre a ajouté que Moscou et l’Algérie étaient globalement d’accord pour accroître la présence des entreprises russes dans les projets de production de gaz en Algérie.

Ces annonces font suite à la visite du président algérien Abdelmadjid Tebboune en Russie, mi-juin.

Gazprom et Sonatrach développent conjointement la région mielleuse du pays. Gazprom International exploite le projet en phase d’exploration géologique. La part de Gazprom dans le projet est de 49%, tandis que la Sonatrach en possède 51%.

READ  La mort d'un joueur d'un coup à la tête en plein match en Algérie

Choulginov a fait ces remarques vendredi à la veille du sommet Russie-Afrique 2023 à Saint-Pétersbourg.

Il a ajouté que les sociétés gazières russes sont prêtes à participer à des projets visant à fournir du gaz naturel liquéfié et à construire des infrastructures gazières en Afrique.

Il a également révélé les projets de Moscou d’expansion en Afrique.

Parallèlement, le secrétaire général algérien par intérim du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Noureddine Khandoudi, et l’ambassadeur du Japon en Algérie, Kono Akira, ont signé un accord portant création du Comité économique mixte algéro-japonais.

Le comité sera coprésidé par des représentants gouvernementaux de haut niveau, lit-on dans l’accord.

L’ambassadeur du Japon a souligné que les hommes d’affaires japonais sont intéressés à investir en Algérie.

Il a salué « les grands efforts déployés par l’Algérie pour améliorer le climat des affaires, notamment avec la promulgation de la nouvelle loi sur les investissements et d’autres textes législatifs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *