L’Algérie et le Maroc se disputent sur le Sahara occidental à l’ONU

Les représentants du Maroc et de l’Algérie auprès des Nations Unies ont été en désaccord mardi sur le sort du Sahara occidental, l’Algérie appelant à la reprise du référendum longtemps bloqué sur le sort de l’ancienne colonie espagnole.

L’ambassadeur algérien Ammar Ben Jamaa a déclaré : « Nous, Algériens, avons choisi le camp de la justice, de la décolonisation, de la liberté, de l’autodétermination et des droits de l’homme. »

« Cet engagement s’applique à la cause du peuple sahraoui, qui attend depuis près d’un demi-siècle que les Nations Unies obtiennent justice pour lui. »

Considéré comme un « territoire non autonome » par les Nations Unies, 80 pour cent du Sahara occidental est contrôlé par le Maroc, qui envisage une autonomie pour la région, même si elle restera finalement sous le contrôle de Rabat.

Parallèlement, l’Algérie soutient depuis longtemps le Front Polisario, un mouvement indépendantiste dirigé par la population indigène sahraouie de la région.

Une mission des Nations Unies est déployée au Sahara occidental depuis 1991, chargée d’organiser un référendum sur l’avenir du territoire.

Le référendum n’a jamais eu lieu et fin 2020, le Front Polisario a annoncé qu’il reprendrait les combats après un long cessez-le-feu.

« Si l’occupation marocaine du Sahara occidental en a véritablement fait un paradis, avec ou sans autonomie, pourquoi ce référendum est-il empêché ? » a déclaré Ben Jama, tout en transmettant également les condoléances de son pays au Maroc, suite au tremblement de terre dévastateur qui a frappé le pays au début du mois.

L’ambassadeur du Maroc, Omar Hilal, a répondu : « On ne peut pas verser des larmes de crocodile et en même temps attaquer un pays qui vit encore une tragédie. »

READ  Tribune Inde : la France accélère la vaccination contre le Covid alors que les cas augmentent

Hilal a également renouvelé la position de Rabat sur le Sahara occidental, appelant au respect de « la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale du Maroc ».

« Le Maroc est dans le désert et le restera jusqu’à la fin des temps », a-t-il déclaré.

Encouragé par la reconnaissance américaine des revendications du Maroc sur le Sahara occidental en 2020, en échange du rapprochement de Rabat avec Israël, le royaume a depuis déployé une diplomatie de plus en plus offensive pour rallier d’autres pays autour de sa position.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *