L’Algérie et le Nigeria qualifiés pour les éliminatoires de la Coupe du monde

LONDRES : Pour l’Arabie saoudite, le soi-disant « groupe de la mort » s’avère être tout sauf, alors que les hommes du sélectionneur Hervé Renard se sont approchés mardi d’une place pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

La veille, l’Angleterre a battu Saint-Marin 10-0 pour enregistrer sa plus grande victoire dans un match de compétition en un siècle et demi de football international. Cela a déclenché un débat familier sur la question de savoir si deux équipes opposées du classement de la FIFA devraient jamais partager le même stade, et déplore à quel point tout cela est ennuyeux.

Il n’y a pas de tels débats dans les groupes de qualification asiatiques, où le chemin vers un événement mondial de football est rarement facile pour les équipes de leur plus grand continent, surtout au tour final.

Cependant, l’Arabie saoudite donne l’impression que les choses sont relativement faciles, et la victoire de mardi contre le Vietnam à Hanoï était probablement aussi réconfortante qu’une victoire 1-0. Pour la plupart, les Green Hawks ont gardé leurs Gold Stars à bout de bras, et à l’exception de deux minutes après le début de la première mi-temps et de cinq minutes légèrement tendues, comme on pouvait s’y attendre dans un match de phase finale de qualification pour la Coupe du monde. Tout était assez simple pour les Saoudiens. Les fans qui regardent à la maison n’ont peut-être pas grand chose à s’enthousiasmer dans ce match en particulier, mais ils devraient commencer à se sentir bien à propos de ce qui se passe sur la route du Qatar.

READ  Mahrez marque et l'Algérie, championne d'Afrique, établit un record actualités footballistiques

Ce n’était pas un joli match, mais c’est vrai pour de nombreux éliminatoires de la Coupe du monde. Ce n’est pas un match qui restera longtemps dans les mémoires, à l’exception peut-être du match entre Saleh Al-Shehri, qui a inscrit le seul but de la tête après 30 minutes.

En tant que spectacle, ce thème stop-and-go n’était pas quelque chose d’enthousiasmant, devenant le genre de jeu à négocier en toute sécurité. Parfois, dans le football international, le voyage est amusant et excitant, mais parfois il s’agit simplement d’arriver là où vous devez aller – et c’était certainement le cas de ce dernier.

Cela laisse l’équipe en pleine forme, à trois points de l’Australie en tête du groupe B, ce que peu de gens auraient pu espérer début septembre. Rappelez-vous, cela s’appelait le groupe de la mort. Mais sous Hervé Renard, les Saoudiens n’ont perdu que deux points sur leurs six premiers matches. Il y a eu toutes sortes de performances jusqu’à présent sur le plateau : un frisson contre la Chine, un combat contre l’Australie et une solide victoire contre Oman.

Le match de mardi était encore un peu différent : un voyage ardu au Vietnam pour affronter une équipe qui a perdu cinq sur cinq et qui était désespérée de mettre fin à une séquence lamentable. Mais au cours des derniers mois, les fans saoudiens ont vu une équipe capable de défendre quand il le faut, d’avoir de nombreuses options pour aller de l’avant et, si nécessaire, de gagner.

Il a semblé très tôt que cela pourrait être un jeu passionnant car les Green Falcons ont commencé brillamment, mais le piratage rapide ne s’est jamais concrétisé. Cependant, il y a de la force mentale dans cette équipe, et ce n’est que lorsque le Vietnam a commencé à menacer après environ une demi-heure que la tête d’Al Shehri avec un superbe léopard né d’un léopard est sorti de leurs voiles.

READ  Un judoka algérien démissionne face à un opposant israélien

Comme c’était le cas contre l’Australie lors d’un match nul et vierge à Sydney la semaine dernière, la défense a encore une fois semblé assez forte malgré les blessures des joueurs clés. Muhammad Al-Yami a de nouveau brillé en remplaçant le premier gardien blessé Muhammad Al-Owais, et a également bien comblé les trous laissés par les absents Abdullah Mado et Yasser Al-Shahrani.

La seule vraie cause d’inquiétude était l’incapacité de terminer le match contre des adversaires visiblement peu confiants. Lorsque le générateur a mis le ballon dans le filet 15 minutes avant la fin du match, il semblait que le match était terminé, mais l’arbitre du VAR l’a exclue, un peu heureusement d’un point de vue vietnamien, pour une faute lors du renforcement. Firas Al-Braikan. Cette décision a donné un coup de pouce aux fans et à l’équipe, mais les invités ont tenu le coup.

Il y a eu des signes de tension dans les derniers instants dus au fait qu’une glissade, une faute dans le dos coûterait à l’équipe deux points de base, car le coussin à un but sera toujours un peu inconfortable à un moment donné.

Mais au final, c’était une victoire bien méritée pour les Saoudiens et cela signifie qu’ils peuvent se détendre un moment jusqu’à la reprise de la campagne de qualification en janvier. Vient ensuite un match à domicile contre Oman. Ce sera loin d’être facile, mais cela offre une excellente occasion de passer à 19 points, ce qui, après sept matches, correspondra au total de 10 matchs de l’équipe sur la route de la Russie.

READ  Factory Entertainment a révélé des répliques de l'ensemble médical Star Trek TNG

Ensuite, il y a les matchs à l’extérieur contre le Japon et la Chine, avant que la phase de groupes ne se termine par un match à domicile contre l’Australie. La plupart des fans se seraient contentés de n’être que dans les deux premiers, donc l’exclusivité des trois points au sommet est vraiment impressionnante.

Renard fera de son mieux pour rappeler à ses joueurs, à la presse et aux fans qu’il y a encore du travail à faire pour se rendre au Qatar. Il y en a – mais en fait pas autant qu’il aurait pu l’être à ce stade.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *