L’Algérie nomme un nouveau Premier ministre alors que les inquiétudes économiques persistent

Le ministre algérien des Finances Ayman Ben Abdelrahman a été nommé Premier ministre mercredi, selon la présidence, à la suite des élections législatives du début du mois, et à un moment où le pays cherche à enrayer une profonde crise sociale et économique.

La présidence a déclaré dans un communiqué : “Ayman bin Abdul Rahman a été nommé Premier ministre et chargé de tenir des consultations avec les partis politiques et la société civile pour former un gouvernement dès que possible”.

Bin Abdel Rahman, 60 ans, remplace Abdelaziz Jarad, qui occupait ce poste depuis fin 2019 et a présenté la démission de son gouvernement la semaine dernière à l’issue des élections législatives anticipées du 12 juin.

Le gouvernement Grad n’a pas pu faire face à la crise économique du pays.

La quatrième économie d’Afrique dépend fortement des revenus pétroliers, qui se sont effondrés face au ralentissement économique mondial.

Le taux de chômage est supérieur à 12%, selon les chiffres de la Banque mondiale.

Il a remercié le président Abdelmadjid Tebboune, qui avait précédemment exprimé son mécontentement à l’égard de Djerad et de son gouvernement, pour sa direction du gouvernement « dans des circonstances difficiles », notamment la pandémie du nouveau coronavirus.

Mercredi également, le principal parti islamiste algérien, le Mouvement de la Société pour la paix, qui est arrivé troisième des voix avec 65 sièges sur les 407 sièges du parlement, a déclaré qu’il ne ferait pas partie d’un nouveau gouvernement.

L’actuel Front de libération nationale du pays a remporté le plus grand nombre de sièges lors du scrutin du 12 juin auquel seulement 23 pour cent des électeurs ont participé.

READ  Les économies africaines pandémiques ont besoin de vaccins et d'un allégement de la dette

La faible participation nationale est considérée comme un signe de déception et de défi des Algériens à l’égard d’une classe politique qui aurait perdu une grande partie de sa crédibilité.

Le mouvement de protestation algérien en faveur de la démocratie, le Hirak, a boycotté les élections.

Avant les résultats officiels, la Society for Peace, un parti islamiste modéré proche des Frères musulmans, a déclaré que ses candidats étaient en avance dans la plupart des domaines et a laissé entendre qu’elle pourrait faire partie du gouvernement.

Mais après des consultations avec le président Tebboune, le parti a déclaré qu’il avait décidé de faire marche arrière.

“Ce qui a été proposé ne nous permet pas d’influencer les développements politiques et économiques”, a déclaré Abdel-Razzaq Makri, chef du Mouvement pour une société de la paix, lors d’une conférence de presse à Alger.

Il a déclaré qu’il lui avait été demandé de proposer une liste de 27 noms parmi lesquels l’exécutif choisirait quatre ou cinq ministres.

“Ce n’est pas à nous de choisir nos ministres (au gouvernement), et c’est inacceptable”, a-t-il déclaré.

“Nous voulons être au pouvoir, pas devant”, a déclaré Makri.

MSP a fait partie des gouvernements algériens successifs de 1996 à 2011

Agence de presse française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *