Le leader de l’opposition algérienne arrêté

Son épouse et des groupes de défense des droits ont déclaré jeudi que les autorités algériennes avaient arrêté le chef de l’opposition pour avoir insulté le président Abdelmadjit Deboun et d’autres allégations.

Fethi Cares, 47 ans, coordinateur du Parti du mouvement démocratique et social de gauche, a été enlevé mercredi soir à son domicile de la banlieue d’Alger, a annoncé son épouse Mesoudo Cepalla.

Les avocats de Cares ont déclaré qu’il avait été détenu pour un certain nombre d’accusations, notamment « insulte au président » et « publication d’informations portant atteinte à l’unité nationale ».

Aucun autre détail n’a été donné.

Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, a déclaré que l’arrestation de Karez était un autre signe de “répression” dans la nation nord-africaine.

“L’action politique n’est pas un crime”, a déclaré Salhi dans un communiqué sur Facebook, concluant que le chef d’un parti politique était “en prison pour avoir exprimé son opinion”.

Cares a rejoint le mouvement pro-démocratique Hirac en 2019 à la suite des manifestations de masse qui ont renversé le président senior Apologize Bouteflika.

Le mouvement d’opposition de longue date exige un changement du système politique algérien.

Le gouvernement a interdit les manifestations du Hirak et intensifié les actions en justice contre les opposants, les militants, les journalistes et les universitaires.

Environ 300 personnes sont actuellement en prison pour des accusations liées au Hirak, selon le Comité des droits des prisonniers du CNLD.

(AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *