L’Algérie organise ses premières élections législatives en 2019 après le soulèvement populaire | La voix de l’Amérique

Le Caire – Les commentateurs ont enregistré samedi une faible participation dans certaines régions de l’Algérie, qui a tenu ses premières élections législatives depuis le soulèvement populaire de 2019, renversant le président Abdel Aziz Bouteflika.

Certains partis politiques ont appelé les électeurs à boycotter les élections, tandis que le gouvernement a insisté pour « remplir son devoir électoral ».

Cependant, le président de la Commission électorale indépendante algérienne, Mohammed Sharabi, a déclaré samedi soir à la presse que le taux de participation était “de plus de 30%” et que plus de 23,5 millions d’électeurs avaient voté.

“Les résultats des votes ne sont plus traités comme ils l’étaient lors des élections précédentes”, a-t-il souligné.

Le président Abdelmadjit Deboun a déclaré lors d’une conférence de presse après avoir voté qu’il espérait unir la “nouvelle Algérie” après la convocation du nouveau parlement du pays. Il a déclaré que la démocratie “donne aux citoyens le droit de boycotter les élections”, mais a exhorté les électeurs à “faire leur devoir civique”.

Liberté d’expression

Il a déclaré que les citoyens ont le droit de boycotter le vote à moins qu’ils n’essayent d’imposer leur boycott aux autres. Il a déclaré que tout le monde dans le pays est libre d’exprimer ses croyances et ses opinions. Il a dit que la démocratie devrait respecter la majorité et les minorités.

Sharafi a déclaré aux électeurs que “le but de l’élection est que les électeurs doivent savoir quelle plate-forme politique des candidats est conforme à leurs propres positions et croyances”.

Abdel Qadir, un jeune algérois qui s’est identifié comme membre du mouvement anti-populaire, a déclaré aux médias arabes qu’il souhaitait voir un nouveau gouvernement qui répondrait aux demandes du peuple.

READ  Macron de France et Hariri du Liban se rencontrent pour discuter de la crise au Liban

Il espère que le nouveau gouvernement formé après les élections répondra aux demandes du mouvement anti-populaire et commencera à résoudre les conflits lui-même.

Qatar Abo Diab, qui enseigne les sciences politiques à l’Université de Paris, a déclaré à la VOA que le paysage politique de l’Algérie était quelque peu “irrégulier”, mais que les dirigeants politiques du pays “recherchaient une nouvelle légitimité politique”.

Les candidats politiques sont nombreux, le paysage électoral n’est pas tout à fait clair, mais le président semble vouloir gagner les indépendants pour fédérer une nouvelle majorité politique.

Beaucoup de candidats

Les électeurs ont eu un nombre inhabituellement élevé de listes parmi lesquelles choisir samedi. Près d’une vingtaine de listes sont disponibles dans certains bureaux de vote.

Le syrien Zadek, un sociologue politique égyptien, a déclaré à la VOA que les électeurs algériens étaient sceptiques et déçus que le régime n’ait pas répondu aux exigences du mouvement révolutionnaire populaire qui a renversé Bouteflika. “L’Algérie continue également de souffrir de difficultés économiques, de corruption et de méfiance”, a-t-il déclaré.

Abdullah Jaballah, le chef du Parti islamique pour le développement et la justice, a déclaré aux médias arabes qu’il n’était pas satisfait de la façon dont la situation évoluait.

Il a dit que le gouvernement a imposé cette élection au peuple et qu’il va continuer sur cette voie ou prendre du recul et répondre à l’opinion du peuple.

Les résultats définitifs du vote parlementaire de samedi ne sont pas attendus avant la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *