Les élections algériennes connaissent une faible participation dans un contexte de boycott de l’opposition | nouvelles | DW

Le chef de l’autorité électorale algérienne, Mohamed Charfi, a déclaré samedi soir que le taux de participation aux élections législatives du pays avait atteint 30,20%.

Le vote, plus tôt dans la journée, était la première élection législative depuis l’éviction de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

407 parlementaires ont été appelés pour un mandat de cinq ans au milieu de nouvelles protestations pour la réforme.

Le président Abdelmadjid Tebboune a convoqué des élections en février – pour les présenter à partir de 2022 – après son retour d’un traitement médical pour COVID-19 en Allemagne.

Les partis politiques algériens, qui étaient auparavant au gouvernement, ont appelé à une forte participation, mais deux grands partis de la région algérienne de Kabylie berbère ont appelé au boycott, tout comme plusieurs membres du mouvement de protestation décontracté Hirak, dont de nombreuses femmes, citant la possibilité de fraude.

Samir Belarbi, une figure éminente du Hirak, qui a longtemps appelé à la purge de l’élite algérienne soutenue par l’armée, a déclaré que “les élections ne donneront pas de légitimité au régime”.

Il a participé aux élections de samedi, les premières depuis qu’Abdelaziz Bouteflika a été remplacé par Tebboune, après les troubles de 2019, le Front de libération nationale et les partis islamistes, divisés en cinq factions.

penche-toi juste

Et dans les bureaux de vote d’Alger, samedi matin, quelques personnes ont été vues entrer. La plupart des bureaux de vote ont fermé à Bejaia et Tizi Ouzune en Kabylie.

En novembre dernier, le référendum sur les changements constitutionnels contestés n’avait attiré que 23 % des électeurs éligibles.

Dénonçant la répression préélectorale qui a vu l’arrestation de sept éminents dissidents et journalistes jeudi dernier, Saïd Salihi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, a déclaré : “Ces élections n’ont aucune valeur démocratique”.

« Ces arrestations représentent une escalade choquante de la répression répressive des autorités algériennes contre le droit à la liberté d’expression et ce qui y est lié », a déclaré Amnesty International, ajoutant que plus de 200 personnes avaient été arrêtées.

L’Algérie, quatrième économie d’Afrique, qui s’est battue pour son indépendance de la France en 1962, reste fortement dépendante des revenus pétroliers.

Ceux-ci ont diminué pendant le ralentissement économique causé par la pandémie mondiale, les réserves de change ayant diminué des quatre cinquièmes des avoirs algériens en 2013.

Le chômage, officiellement, dépasse les 12%, selon les données de la Banque mondiale.

ipj/aw (dpa, Reuters, AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *