L’Algérie poursuit sa diplomatie de fake news

La diplomatie algérienne frustrée est toujours à la recherche de fake news pour vendre ses revendications. Cependant, dans le monde connecté actuel, les fausses histoires concoctées par les fraudeurs du Polisario par leurs marionnettes algériennes ne fonctionnent plus, et personne n’est assez déçu pour craquer pour leurs fausses histoires.

L’un des derniers canulars du régime algérien a été l’expulsion rapide et la dénonciation du chef de la Fondation tanzanienne pour la paix, Satyr Kodi, qui a catégoriquement démenti une déclaration du porte-parole des autorités algériennes, ABS, une fausse signature.

Le think tank DPF a publié un communiqué par la voix de son président, niant les allégations « fausses et immorales » du document fabriqué par le régime algérien et circulant par l’ABS au sujet du communiqué de Dar es Salaam sur l’exclusion du pseudo-rôti. .

Le chef de la Tanzanian Peace Foundation nie en effet les informations diffusées par le gouvernement algérien comme « fausses et immorales » et fait écho à sa signature et au faux cachet. La conférence, qui s’est tenue à Dar es Salaam le samedi 16 octobre 2021, était organisée conjointement par l’Institute for Peace and Conflict Studies (IPCS).

« La nécessité d’une reprise post-gouvernementale : comment la solution au problème du Sahara favorisera-t-elle la stabilité et l’intégration africaines ? Conférence tenue sous le titre. Dar es Salaam, le 16 octobre, a appelé à l’expulsion de la pseudo-RASD autoproclamée par la police séparatiste de l’Union africaine (UA).

Les délégués à la conférence ont déclaré dans la déclaration finale que l’expulsion de la RASD « sans les attributs d’un État souverain » corrigerait une « grave erreur historique » de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et que l’union ne devrait unir que les États souverains. qui diffament l’UA dans sa constitution.

READ  L'ancien président de Barcelone, Bargate, a été remis en liberté après son arrestation

Les participants à la conférence doivent expulser à l’unanimité cette entreprise de jouets pour « division et instabilité » en Afrique pour une solution au problème du Sahara marocain.

Comme prévu, les autorités algériennes n’ont pas aimé les propos du rapport final de la conférence, qui s’est empressé de produire un autre rapport en accord avec leur thèse et leur hostilité envers le Maroc.

Le chef de la Tanzanian Peace Foundation a nié le contenu d’un tel document falsifié, et a promis dans un communiqué officiel que les informations diffusées par certains médias étaient fausses et que la signature et le cachet apposés sur le document étaient falsifiés.

La Tanzania Peace Foundation affirme fermement la participation positive et efficace de ses membres à la conférence, ainsi que son engagement envers toutes les décisions et recommandations prises conjointement lors de la conférence organisée conjointement par l’Institute for Peace and Conflict Studies (IPCS).

Le DPF renouvelle son engagement et son engagement non seulement envers la conclusion de la Conférence, mais également envers le contenu du rapport final publié le 16 octobre 202I.

La Tanzania Peace Foundation affirme fermement la crédibilité de cette déclaration actuelle, et toute nouvelle publiée par tout média ou réseau social au nom du DPF doit être considérée comme une fausse nouvelle contrairement au contenu de ce rapport actuel. Il n’a pas divulgué les orientations du TPF et les positions des participants sur la question du Sahara.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *