L’Algérie prend de nouvelles mesures pour promouvoir le tourisme sahraoui

L’économie mondiale devrait se stabiliser pour la première fois en trois ans en 2024, mais à un niveau faible par rapport aux normes historiques récentes, selon le dernier rapport de la Banque mondiale sur les perspectives économiques mondiales publié mardi.

Le rapport indique que la croissance mondiale devrait rester stable à 2,6 % en 2024 avant d’atteindre une moyenne de 2,7 % en 2025-2026, bien en dessous de la moyenne de 3,1 % de la décennie précédant la Covid-19.

Les dernières prévisions de la banque représentent une augmentation par rapport à la croissance de 2,4 % pour 2024 prévue en janvier.

Concernant la croissance au Moyen-Orient, la Banque mondiale a abaissé ses prévisions de 3,5 % à 2,8 % en 2024, reflétant les réductions prolongées de la production pétrolière et le conflit en cours dans la région.

Toutefois, la croissance devrait rebondir à 4,2 % en 2025.

Les projections montrent que sur la période 2024, 26 pays, représentant ensemble plus de 80 % de la population mondiale et du PIB mondial, connaîtront une croissance encore plus lente qu’au cours de la décennie précédant la Covid-19.

Dans l’ensemble, les économies en développement devraient croître de 4 % en moyenne sur la période 2024-2025, soit un peu plus lentement qu’en 2023.

La croissance dans les économies à faible revenu devrait s’accélérer pour atteindre 5 % en 2024, contre 3,8 % en 2023.

Toutefois, les prévisions de croissance pour 2024 reflètent des réductions dans trois économies à faible revenu sur quatre depuis janvier.

Dans les économies avancées, la croissance devrait rester stable à 1,5 % en 2024 avant de s’élever à 1,7 % en 2025.

Le rapport indique également que l’inflation mondiale devrait se modérer à 3,5 % en 2024 et à 2,9 % en 2025, mais que le rythme de la baisse est plus lent que prévu il y a à peine six mois.

READ  Le Vietnam se classe deuxième dans l'épreuve de tir des équipes AK en Algérie

En conséquence, de nombreuses banques centrales devraient rester prudentes dans la baisse des taux d’intérêt officiels.

La Banque mondiale a déclaré que les taux d’intérêt mondiaux resteraient probablement élevés par rapport aux normes des dernières décennies – en moyenne autour de 4 % sur la période 2025-2026, soit environ le double de la moyenne de 2000-2019.

Région du Moyen-Orient

La Banque mondiale a déclaré que les tensions géopolitiques et l’incertitude politique sont élevées dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

« Les souffrances humaines et la destruction du capital physique en Cisjordanie et dans la bande de Gaza en raison du conflit en cours sont énormes. Les attaques contre des navires dans la mer Rouge ont réduit le transit par le canal de Suez, perturbé le commerce international et accru l’incertitude politique. en particulier dans les pays voisins », indique le rapport.

L’activité des exportateurs et des importateurs de pétrole dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord est restée faible du début à la mi-2024.

La Banque mondiale a déclaré que l’activité pétrolière dans les pays du Conseil de coopération du Golfe souffre d’une récession.

En juin 2024, les réductions de production pétrolière ont été prolongées d’un an jusqu’à fin 2025, et il a été convenu que des ajustements volontaires supplémentaires de la production seraient maintenus jusqu’à fin septembre 2024 avant d’être progressivement supprimés à partir d’octobre.

L’activité a rebondi dans les pays exportateurs de pétrole hors pays du Conseil de coopération du Golfe qui étaient exemptés des accords de réduction de la production.

Arabie Saoudite

En Arabie Saoudite, la Banque mondiale a déclaré que la croissance en 2024 devrait être soutenue par l’activité non pétrolière, et que la reprise progressive de l’activité pétrolière devrait stimuler la croissance en 2025.

READ  Afrique du Nord : l'Algérie met fin à ses relations diplomatiques avec le Maroc, invoquant des "actes d'hostilité"

En Arabie Saoudite, l’économie s’est contractée au premier trimestre 2024, par rapport à l’année dernière, ce qui constitue le troisième trimestre consécutif de contraction de la production. Toutefois, la croissance de l’activité non pétrolière est restée forte, tirée par la consommation privée et l’investissement des entreprises, compensant quelque peu la contraction de l’activité pétrolière.

Elle a également indiqué que l’activité devrait augmenter en 2024 malgré la baisse attendue de la production pétrolière.

Cette croissance est due à une forte activité non pétrolière, tirée par une forte consommation privée et des investissements soutenus par les politiques budgétaires et monétaires. En 2025, la reprise progressive de l’activité pétrolière devrait soutenir la croissance.

Importateurs de pétrole

Le rapport de la Banque mondiale indique que la croissance dans les pays importateurs de pétrole devrait atteindre 2,9 % en 2024, puis atteindre 4 % par an au cours de la période 2025-2026.

En Égypte, la croissance devrait s’accélérer, tirée par la croissance des investissements, due en partie à un accord à grande échelle avec les Émirats arabes unis.

La croissance en Jordanie devrait rester stable, même si les activités liées au tourisme en pâtiront à court terme.

En Tunisie, la croissance devrait rebondir, mais l’activité à Djibouti et au Maroc devrait décliner en 2024.

L’incertitude croissante quant aux perspectives économiques en Cisjordanie et à Gaza cette année reflète la gravité du conflit. L’économie de Cisjordanie et de Gaza est censée se contracter, au minimum, de 6,5 % supplémentaires – avec une contraction possible jusqu’à 9,4 % – en 2024.

En Syrie et au Yémen, les perspectives sont faibles et incertaines, compte tenu du conflit en cours, des violences internes, des troubles et des tensions en mer Rouge.

READ  Prithviraj reprendra le tournage de "Aadujeevitham" de Plessy en mars 2022 | nouvelles du film malayalam

Perspectives

Le rapport montre que la croissance dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord devrait rebondir à 2,8 % en 2024 et à 4,2 % en 2025, principalement en raison de l’augmentation progressive de la production pétrolière et du renforcement de l’activité depuis le quatrième trimestre 2024.

La croissance dans les pays du Conseil de coopération du Golfe devrait atteindre 2,8 % en 2024 et 4,7 % en 2025.

Parmi les pays exportateurs de pétrole non membres du CCG, la reprise attendue du secteur pétrolier en 2025 contribuera à stimuler la croissance en Algérie et en Irak.

risques

L’un des risques majeurs est l’escalade potentielle des conflits armés dans la région. Pour les pays importateurs de pétrole, le resserrement des conditions financières mondiales pourrait entraîner des sorties de capitaux et une dépréciation du taux de change.

La Banque mondiale a déclaré que les pays ayant une dette publique élevée verront une augmentation du fardeau du service de la dette en raison de coûts d’emprunt plus élevés et de risques accrus d’instabilité financière.

Les phénomènes météorologiques extrêmes provoqués par le changement climatique, ainsi que d’autres types de catastrophes naturelles, continuent de constituer un risque majeur dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Les répercussions négatives résultant d’une croissance plus faible que prévu en Chine affecteront probablement les pays exportateurs de pétrole à travers une baisse de la demande et des prix du pétrole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *