L’Algérie prépare une nouvelle loi sur les investissements ciblant les sources de financement non énergétiques

ALGER (Reuters) – Le Premier ministre algérien Ayman Ben Abdelrahman a déclaré jeudi que l’Algérie préparait une nouvelle loi sur les investissements pour améliorer son climat des affaires et attirer les investisseurs étrangers dans le but de dynamiser le secteur non pétrolier.

Il a également annoncé son intention de développer la petite bourse du pays et de lancer des réformes bancaires et financières pour trouver de nouvelles sources de financement pour l’économie dépendante du pétrole.

L’Algérie, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, qui dépend fortement des exportations de pétrole et de gaz, fait face à des problèmes financiers en raison de la baisse des revenus énergétiques. La situation s’est aggravée lors de la propagation de l’épidémie, qui a réduit la demande de pétrole et mis la pression sur les prix mondiaux.

Le pays d’Afrique du Nord n’a jusqu’à présent pas réussi à réduire sa dépendance énergétique malgré les promesses de développer le secteur non énergétique, les investisseurs nationaux et étrangers se plaignant d’obstacles, notamment de bureaucratie.

Le ministre des Finances Bin Abdul Rahman a déclaré au Parlement après avoir discuté du plan d’action du gouvernement que “le gouvernement travaille sur une révision en profondeur de la loi sur l’investissement pour prendre en compte les diverses préoccupations des hommes d’affaires et les obstacles qui ont empêché la réalisation des projets”.

“Nous voulons créer un environnement d’investissement attractif pour attirer les investissements directs étrangers dans notre pays.”

Il a déclaré que la nouvelle loi serait prête dans quelques semaines pour être présentée aux législateurs pour discussion, sans donner de détails sur les plans.

READ  Perspectives du marché mondial des tramways et des trains légers: 2021 et au-delà

La législation approuvée l’année dernière a permis aux investisseurs étrangers de prendre des participations majoritaires dans des projets dans des secteurs non stratégiques pour diversifier l’économie loin du pétrole et du gaz. Les secteurs stratégiques comprennent principalement les industries de l’énergie et de la pharmacie.

Benbrahmane a déclaré que la nouvelle loi sur les investissements s’accompagnera d’autres mesures pour rechercher de nouvelles sources de financement, notamment le développement de la Bourse d’Alger, l’amélioration de la gestion des banques, l’encouragement des partenariats entre les entreprises privées et gouvernementales pour la mise en œuvre de grands projets, et l’ouverture la porte à un plus grand rôle pour la finance islamique. Elle a dit.

“La réforme bancaire et financière permettra une gestion transparente et efficace”, a-t-il déclaré, répétant que le gouvernement vendra des participations dans certaines des six banques d’État du pays.

La Bourse d’Alger reste l’une des plus petites bourses au monde, avec une capitalisation légale par rapport à la Tunisie et au Maroc voisins.

“Nous voulons des méthodes de financement alternatives”, a déclaré Bin Abdulrahman.

(Reportage de Hamid Ould Ahmed). Montage par David Gregorio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *