L’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec son voisin marocain

L’Algérie a officiellement rompu mardi ses relations diplomatiques avec son voisin marocain, le ministre des Affaires étrangères citant une série d’hostilités présumées.

Cette décision met un terme à une période de tension accrue entre les nations nord-africaines embourbées dans des décennies de conflit, leurs frontières étant fermées les unes aux autres. Il n’y a pas eu de réaction immédiate du Maroc.

« L’Algérie a décidé de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc, à partir d’aujourd’hui », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a lu une déclaration du président.

Cette annonce intervient près d’une semaine après que le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré devant une réunion du Conseil suprême de sécurité algérien que « les hostilités en cours commises par le Maroc signifient la nécessité de revoir les relations entre les deux pays et d’intensifier les contrôles de sécurité » à la frontière ouest. Avec le Maroc, a rapporté l’agence de presse officielle algérienne.

Les deux pays sont des alliés des pays occidentaux, et cette décision a compliqué la diplomatie dans la région. Les deux sont importants dans la lutte contre le terrorisme dans la région voisine du Sahel.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a appelé les deux parties à éviter une nouvelle escalade. Il espérait que les deux pays seraient en mesure de maintenir des « relations minimales » pour assurer la stabilité pour eux et au sein de la région.

Le ministre algérien des Affaires étrangères a souligné l’accumulation de griefs contre le Maroc qui a conduit à la décision de mardi.

READ  États-Unis vs France Calendrier, chaîne et programme télévisé pour regarder le match de basket-ball féminin des Jeux olympiques de 2021

Il a également dénoncé « des actes d’espionnage étendus et systématiques » par le Maroc, faisant référence aux allégations selon lesquelles les services de sécurité du royaume auraient utilisé un programme d’espionnage Pegasus de fabrication israélienne contre ses responsables et ses citoyens, selon l’APS. Le Maroc nie fermement de telles allégations.

D’autres critiques allaient des déclarations rapportées par l’ambassadeur du Maroc aux Nations unies à la mi-juillet aux récents commentaires du ministre israélien des Affaires étrangères concernant une visite historique au Maroc dans le cadre de la normalisation des relations entre eux.

« Le Maroc a fait de son territoire une plate-forme qui permet aux puissances étrangères de parler hostilement de l’Algérie », a déclaré M. Lamamra, cité par l’APS. Pour l’agence de presse officielle, il faisait allusion à une déclaration du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid au Maroc ce mois-ci dans laquelle il évoquait, entre autres, les efforts de l’Algérie pour empêcher Israël d’obtenir le statut d’observateur auprès de l’Union africaine.

« Depuis 1948, aucun responsable israélien n’a émis de déclaration hostile à un Etat arabe d’un autre Etat arabe », a déclaré l’agence de presse algérienne citant Lamamra.

L’ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies aurait déclaré que les habitants de la région algérienne de la Kabylie berbère devraient avoir le droit de déterminer leur propre statut. Il a également évoqué les allégations de l’Algérie selon lesquelles le Maroc soutient un groupe séparatiste en Kabylie, connu sous le nom de MAK, que l’Algérie a inscrit sur sa liste de terrorisme. L’Algérie a indiqué que le MAK avait joué un rôle dans les incendies de forêt de ce mois-ci dans la région de Kabylie qui ont tué des dizaines de personnes, dont plus de vingt soldats.

READ  L'organisme français de surveillance de la protection de la vie privée enquête sur le Clubhouse après avoir déposé une plainte et présenté une pétition

L’affaire Kabylie rappelle le soutien de l’Algérie à la tentative du Front Polisario, mouvement indépendantiste basé dans le sud algérien, d’autodétermination dans le Sahara occidental contesté que le Maroc a annexé en 1975.

Le Maroc veut l’autonomie de la région sous sa tutelle, tandis que l’Algérie veut l’autodétermination par référendum.

« Pour toutes ces raisons et sur la base des faits… j’ai annoncé que l’Algérie a décidé de couper les ponts », a déclaré Lamamra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *