L’Algérie se retire des Jeux Olympiques en raison d’une rivalité avec les Israéliens

Noorin a déclaré à la télévision algérienne Ekoruk qu’il avait “décidé de perdre espoir parce que c’est le plus bas que nous puissions donner à la cause palestinienne”.

“Il est de mon devoir d’envoyer un message au monde entier qu’Israël est un pays agressif, illégal et sans drapeau”, a-t-il déclaré.

L’Algérie n’a pas officiellement reconnu Israël.

La Fédération internationale de judo (IJF) a annoncé samedi qu’elle suspendait Noorin et son entraîneur Amar Beniglep après avoir annoncé son retrait.

Dans un communiqué, la FIJ a déclaré que les actions de Judoka étaient “complètement contraires à la philosophie de la Fédération internationale de judo”.

“L’IJF a une politique stricte et non discriminatoire qui promeut l’unité en tant que politique fondamentale, qui est renforcée par les valeurs du judo”, indique le communiqué.

Il a ajouté, citant les règles de la FIJ et la Charte olympique, qu'”aucune manifestation ou campagne politique, religieuse ou ethnique n’est autorisée sur aucun site, site ou autre zone olympique”.

Noorin et son entraîneur seront confrontés à la décision de la commission disciplinaire de la FIJ, et lorsqu’ils rentreront chez eux, ils seront “disciplinés par le Comité national olympique d’Algérie”, ajoute le communiqué.

Au tour 64, la catégorie masculine algérienne des 73 kg (environ 160 livres) devait affronter Mohamed Abdel Rasool du Soudan, tandis que l’Israélien Dohar Badul avait automatiquement un sac alors qu’il passait à l’étape suivante de la compétition.

Selon Reuters, si Noor avait battu Abdul Rasul, les Algériens auraient affronté le football israélien au tour suivant.

Ce n’est pas la première fois que nous nous retirons de notre tournoi pour éviter d’affronter un adversaire israélien. Il s’est retiré des Championnats du monde 2019 à Tokyo pour la même raison.

D’autres athlètes de pays qui ne reconnaissent pas Israël se sont déjà retirés des matchs contre des adversaires israéliens.
Les athlètes iraniens ont longtemps été interdits de compétition dans n’importe quel sport contre des adversaires israéliens parce que l’Iran ne reconnaît pas la légitimité d’Israël.
En mai, les tensions entre Israéliens et Palestiniens ont dégénéré en l’une des pires violences entre les deux parties ces dernières années.

Contribution au reportage Kara Fox de CNN.

READ  Macron ferme l'école d'élite des présidents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *