L’Algérie veut rejoindre les BRICS

L’Algérie est intéressée à rejoindre le groupe BRICS, le bloc économique des pays en développement qui comprend le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. L’appel a été lancé publiquement par le dirigeant maghrébin Abdelmadjid Tebboune lors d’une interview télévisée diffusée le dimanche 31 juillet.

Le président algérien a déclaré que le club est une « force économique et politique » qui permet « de s’éloigner de l’attraction des deux pôles ».

Selon le CIA World Factbook, le bloc représente 42% de la population mondiale et représente plus de 31% du PIB mondial. Le dernier membre à avoir rejoint le groupe était l’Afrique du Sud en 2011.

Tebboune a également déclaré dimanche que de bonnes nouvelles peuvent arriver rapidement mais qu’il ne faut pas s’attendre à des événements.

Le dirigeant a participé fin juin à une visioconférence entre membres du BRICS.

Selon un économiste français de haut niveau, l’Algérie est un poids lourd dans la région notamment en ce qui concerne ses ressources énergétiques, mais compte tenu de l’instabilité géopolitique mondiale, le processus pourrait prendre du temps.

Selon un économiste français de haut niveau interrogé par un confrère journaliste de RFI, si l’Algérie est un poids lourd dans la région, notamment pour ses ressources énergétiques qui intéressent beaucoup la Russie et la Chine, le processus d’entrée de l’Algérie dans les BRICS pourrait être très progressif. Compte tenu de l’instabilité géopolitique mondiale.

READ  Le président de la Fed d'Atlanta, Bostik, prédit des pertes d'emplois, mais dit qu'il y a de très bonnes chances d'atteindre une inflation de 2 % sans tuer l'économie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.