Lamine Diack, ancien président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) reconnu coupable de corruption, décède à 88 ans

DAKAR, Sénégal – Le leader controversé de l’athlétisme Lamine Diack, qui a été reconnu coupable d’extorsion d’argent à des athlètes et accusé d’avoir accepté des pots-de-vin lors d’un vote pour accueillir les Jeux olympiques, est décédé, a annoncé sa famille vendredi. Il avait 88 ans.

« Mon oncle Lamine Diack est décédé de jeudi à vendredi soir », a déclaré à l’Associated Press Awa Diack, la nièce d’un ancien membre du Comité international olympique.

Diack a dirigé l’instance dirigeante de l’athlétisme – alors l’IAAF, maintenant World Athletics – pendant 16 ans. Mais son nom est devenu synonyme de corruption dans les cercles olympiques depuis 2015, avec des allégations d’actes répréhensibles peu de temps après la fin de la direction de Diack dans son sport.

Diack est décédé dans son Sénégal natal, où il a été autorisé à rentrer cette année de France où il a été assigné à résidence pendant plusieurs années, puis condamné pour diverses accusations de corruption liées à des abus de ses positions de premier plan dans le sport mondial.

Ancien homme politique sénégalais, Diack est devenu président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme en 1999 et a vu le sport s’épanouir au cours de son mandat, en partie grâce à la popularité du sprinter Usain Bolt.

Dans les coulisses, Diack et son fils Papa Massata Diack ont ​​été impliqués dans des actes répréhensibles qui porteraient atteinte à l’intégrité de leur sport, des compétitions du CIO et de leur vote pour choisir les villes hôtes des Jeux olympiques.

Ils ont été liés à l’extorsion d’argent aux coureurs, pour couvrir des problèmes de dopage avant les Jeux olympiques de Londres de 2012 et pour recevoir des pots-de-vin de responsables brésiliens pour aider à garantir la sélection de Rio de Janeiro pour accueillir les Jeux olympiques de 2016. Parmi leurs adversaires figurait la candidature de Chicago qui a remporté Vote du président Barack Obama au Danemark.

READ  Hakimi du Paris Saint-Germain signe Covid-19 | SuperSport - La source africaine de vidéos sportives, de calendriers, de résultats et d'actualités

Une enquête française en cours a lié Papa Massata Diack à des irrégularités financières liées à la candidature de Tokyo pour accueillir les Jeux olympiques de 2020.

Le CIO a désormais abandonné les campagnes d’enchères et les concours traditionnels qui se sont révélés vulnérables aux abus, et les membres du CIO ne peuvent plus voter parmi un groupe de candidats. Au lieu de cela, un processus interne contrôlé sélectionne un hôte préféré pour que les membres du CIO concluent.

Diack a été condamné Il a été emprisonné pendant quatre ans, dont deux avec sursis, en septembre 2020 pour avoir dissimulé le paiement de pots-de-vin par des athlètes russes impliqués dans des affaires de dopage et le financement par la Russie de campagnes politiques au Sénégal.

En mai, Diack est rentré chez lui au Sénégal depuis la France, où il était assigné à résidence, après qu’un club de football local a versé une promesse de don d’environ 600 000 $ pour lui permettre de partir.

Diack a été reconnu coupable de plusieurs accusations de corruption au cours de son mandat, dont certaines liées au scandale de dopage en Russie. Son fils a été condamné par contumace à cinq ans de prison.

La condamnation de l’ancien président de l’IAAF a été une chute vertigineuse pour une figure aussi influente dans le monde du sport olympique.

Lors de la condamnation la semaine dernière au Brésil de Carlos Nuzman, le plus haut responsable olympique du pays, le tribunal a appris qu’il avait versé des pots-de-vin afin que la famille Diack puisse aider à obtenir plusieurs votes du CIO pour Rio en 2009.

READ  Mise à jour sur les derniers sports

Lors de son propre procès, Diack a également été reconnu coupable de faire partie d’un stratagème visant à verser 3,2 millions d’euros (3,8 millions de dollars) en pots-de-vin à des athlètes russes soupçonnés de dopage.

L’argent du silence a permis aux athlètes, qui auraient dû être arrêtés, de continuer à concourir. Diack a également été reconnu coupable d’abus de confiance, mais a été acquitté de blanchiment d’argent.

Son fils, Papa Massata, a longtemps travaillé comme consultant marketing pour l’IAAF. Le juge français a déclaré que 15 millions de dollars avaient été transférés aux petites entreprises de Diack à partir de plusieurs contrats négociés par l’IAAF lorsque son père était en charge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *