L’augmentation de 45% de la production de gaz en Algérie sera un défi, selon des experts | Nouvelles du Mandal

(MONTEL) L’Algérie prévoit d’augmenter sa production de gaz de 45% pour la porter à 200 milliards de mètres cubes d’ici la fin de la décennie, mais obtenir suffisamment d’investissements pourrait s’avérer difficile à mesure que la demande de l’Union européenne ralentit, ont indiqué jeudi des experts.

Le ministre de l’Energie, Mohamed Argab, a déclaré ce week-end que l’augmentation de la production soutiendrait la demande intérieure et extérieure, la majeure partie de la production du pays étant actuellement destinée à l’Italie et à l’Espagne.

L’Algérie produit environ 137 milliards de mètres cubes par an.

« Davantage d’investissements sont nécessaires pour atteindre ce niveau [so] Il est nécessaire d’attirer davantage d’investisseurs », a déclaré Choeib Boutamine, PDG du cabinet de conseil algérien Ranadrill Energy.

Par exemple, il a souligné certains signaux positifs de la part d’ExxonMobil, qui a signé la semaine dernière un accord avec la société nationale algérienne Sonatrac pour développer les ressources en hydrocarbures dans ce pays d’Afrique du Nord.

« ExxonMobil est une grande major et possède une longue expertise dans ce domaine, ce qui ouvrira certainement la voie à davantage d’investissements », a-t-il déclaré, ajoutant que l’Algérie dispose de réserves de gaz conventionnel d’environ 4,2 milliards de mètres cubes, mais de réserves non conventionnelles d’environ 20 milliards de mètres cubes.

Alors que l’Algérie sera le principal fournisseur de gaz de l’Espagne et de l’Italie en 2023, une augmentation de la production permettra au pays de se diversifier vers d’autres destinations, a déclaré Boutamine, ajoutant qu’elle avait déjà récemment expédié du GNL vers la Turquie et la Croatie.

READ  27 sénateurs américains écrivent une lettre à Biden pour demander le renversement du Sahara occidental

Il a souligné qu’en raison de la capacité limitée des gazoducs vers l’Europe, une grande partie de la production supplémentaire devrait être exportée sous forme de GNL.

Lutte pour l’investissement ?
Mais les observateurs étrangers restent sceptiques quant aux projets de l’Algérie, citant notamment les difficultés rencontrées pour obtenir des investissements suffisants.

« Augmenter les exportations de 50 à 60 milliards de mètres cubes en cinq ans est extraordinaire », a déclaré un négociant en gaz espagnol, ajoutant que des investissements seraient nécessaires pour développer les infrastructures de production et de transport.

« Des investissements supplémentaires dans les gazoducs sont peu probables car l’Europe ne veut pas payer avec les projets de décarbonation actuels », a-t-il déclaré, ajoutant que les investissements dans les terminaux de liquéfaction de GNL se heurteraient à une résistance similaire.

« Qui en Europe peut signer le plan visant à obtenir du gaz en 2030 pour les 20 à 30 prochaines années ? » il a dit.

« En fait, [the plans] Gonzalo Escripano, directeur de l’énergie au groupe de réflexion de l’Institut Elcano, a fait écho à cette idée.

Un porte-parole du ministère algérien de l’Energie a déclaré qu’il n’était pas disponible pour commenter davantage ces projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *