Le bloc régional ouest-africain suspend l’adhésion de la Guinée après le coup d’État

CONAKRY (Reuters) – Le principal bloc politique et économique d’Afrique de l’Ouest a suspendu la Guinée mercredi après qu’un coup d’État militaire du week-end a renversé le président Alpha Condé et fait face à la dernière vague de revers de la démocratie dans la région.

Lors d’un sommet virtuel, les dirigeants des 15 pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont exigé un retour à l’ordre constitutionnel et la libération immédiate de Condé, et ont également accepté d’envoyer une mission de haut niveau en Guinée dès jeudi. Le ministre burkinabé des Affaires étrangères Alpha Barry.

“A la fin de cette mission, la CEDEAO devrait être en mesure de reconsidérer sa position”, a déclaré Barry aux journalistes.

Il n’a annoncé aucune sanction économique immédiate contre la Guinée, comme la CEDEAO l’a imposée au Mali à la suite du coup d’État en août 2020.

Certains experts disent que l’influence de la CEDEAO peut être limitée, en partie parce que le pays n’est pas membre de l’Union monétaire ouest-africaine et n’est pas enclavé comme le Mali.

La réponse du bloc économique est surveillée de près au milieu des critiques des défenseurs de la démocratie selon lesquelles il n’a pas résisté assez fort ces derniers mois contre le recul démocratique en Afrique de l’Ouest.

La CEDEAO est restée silencieuse l’année dernière alors que Condé et le président ivoirien Alassane Ouattara briguaient un troisième mandat après avoir modifié des constitutions qui les auraient contraints à démissionner, mesures que leurs opposants ont dénoncées comme illégales.

READ  Le Parti communiste chinois, par une décision bipartite, a condamné 100 ans de violations des droits de l'homme انتهاكات

Les militants disent que cela a contribué à la perte de confiance des Africains de l’Ouest dans la démocratie et a augmenté la possibilité de coups d’État militaires.

L’armée malienne a organisé un deuxième coup d’État en mai de cette année. La CEDEAO a déclaré mardi qu’elle était préoccupée par le fait que les autorités de transition n’avaient pas fait des progrès suffisants dans l’organisation des élections en février comme promis. Lire la suite

Des éléments des forces spéciales prennent position lors d’un soulèvement qui a conduit au renversement du président Alpha Condé dans le district de Calum à Conakry, en Guinée, le 5 septembre 2021. REUTERS/Salio Sambe

libérer des prisonniers

Le chef du coup d’État en Guinée, Mamady Domboya, un ancien membre de la Légion française, s’est engagé à installer un gouvernement de transition unifié mais n’a pas précisé quand ni comment cela se produirait.

Dans un geste apparent envers les opposants civils de Condé, au moins 80 prisonniers politiques détenus par le président ont été libérés mardi soir, dont beaucoup avaient fait campagne contre son changement constitutionnel.

Domboya a également rencontré pour la première fois mardi les chefs des différentes branches militaires guinéennes, dans l’espoir d’unir les forces armées du pays sous la direction de la junte.

Le principal leader de l’opposition guinéenne, Daline Diallo, qui a terminé deuxième derrière Condé lors de trois élections consécutives, a déclaré mardi à Reuters qu’il serait disposé à participer à la transition vers un régime constitutionnel.

Dans un communiqué publié mardi soir, le parti de Condé a déclaré avoir “noté l’arrivée de nouvelles autorités à la tête du pays” et appelé à la libération rapide et inconditionnelle du président.

READ  Rapport: la reine Elizabeth accomplit son premier devoir depuis la mort du prince Philip

Depuis le coup d’État, la vie dans les rues de Conakry semble être revenue à la normale, avec la suppression de certains postes de contrôle militaires.

Les craintes qu’une lutte pour le pouvoir entraverait la production guinéenne de bauxite, un minerai utilisé pour fabriquer de l’aluminium, commencent à s’estomper. Les plus grands opérateurs étrangers du pays affirment avoir continué à opérer sans interruption.

L’aluminium a atteint lundi un plus haut depuis 10 ans après l’annonce de troubles en Guinée, qui possède les plus grandes réserves de bauxite au monde. Domboya a promis que l’exploitation minière se poursuivrait sans entrave.

Reportage supplémentaire de Christian Accorly à Accra. Écrit par Cooper Envin et Aaron Ross, édité par Hereward Holland, Timothy Heritage et Gareth Jones

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *