Passage de Kerem Shalom : des manifestants israéliens arrêtent des camions d'aide pour Gaza

Commentez la photo,

Les familles d’otages et leurs partisans marchent jeudi vers la frontière israélo-égyptienne à Kerem Shalom.

Des centaines de manifestants israéliens ont empêché certains camions d'aide humanitaire d'entrer dans la bande de Gaza pour le troisième jour.

Les manifestants, y compris les familles des otages toujours détenus à Gaza, ont brandi des drapeaux israéliens à un important passage et scandé contre « l’aide à l’ennemi ».

Les manifestants affirment qu'ils ne réclament aucune aide pour Gaza tant que tous les otages ne seront pas libérés.

Cela se produit malgré la demande des États-Unis de permettre à l'aide d'entrer à Gaza « sans interruption ».

Pour le troisième jour consécutif, des manifestants sont descendus au poste frontière de Kerem Shalom entre Israël et Gaza pour tenter d'empêcher l'aide humanitaire d'entrer dans la bande de Gaza.

Une file de camions transportant des fournitures humanitaires, dont certains arboraient le drapeau égyptien, est restée stationnée pendant des heures au passage alors que les manifestants exhortaient le gouvernement à suspendre l'approvisionnement en aide jusqu'à ce que les prisonniers restants détenus par le Hamas soient libérés.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré que mercredi – premier jour des manifestations – seuls neuf camions ont pu traverser le passage de Kerem Shalom, tandis que 114 camions ont été détournés vers le passage de Rafah en Égypte.

Les Nations Unies ont déclaré que seuls 153 camions sont entrés à Gaza mercredi, un nombre bien inférieur à celui qui a pu entrer ces dernières semaines.

Le gouvernement israélien fait face à une pression internationale croissante pour autoriser davantage d’aide humanitaire à Gaza, en plus d’intenses pressions internes pour obtenir la libération des otages.

Les manifestants considèrent qu'apporter de l'aide à Gaza alors que leurs proches sont toujours détenus par le Hamas est un « échec moral ».

Ils disent craindre que l’aide ne finisse entre les mains du groupe.

Les médias israéliens ont rapporté que même si certains manifestants sont liés aux otages, d’autres sont les parents de soldats de Tsahal actuellement déployés à Gaza, un autre groupe représentant des militants de droite promouvant le retour des colonies juives à Gaza.

La manifestation a eu lieu au milieu d’informations non confirmées selon lesquelles des responsables israéliens et américains tiendraient dans les prochains jours des pourparlers « cruciaux » concernant les otages avec des médiateurs qatariens et égyptiens en Europe.

Des rapports indiquent que le directeur de la CIA, William Burns, et le chef du Mossad, David Barnea, rencontreront le Premier ministre qatari et ministre des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed bin Abdul Rahman Al Thani, pour discuter de la libération de plus de 100 Israéliens. Prises d'otages et arrêt des combats à Gaza.

La Maison Blanche a qualifié les pourparlers d’efforts « sobres » et « sérieux » impliquant des acteurs clés pour parvenir à un accord précédent en novembre.

Mais le Hamas insiste toujours sur un cessez-le-feu complet et le retrait des forces israéliennes de Gaza.

Un haut responsable palestinien a déclaré à la BBC que les médiateurs ont proposé de libérer les otages israéliens par étapes en échange d'un cessez-le-feu renouvelable, de la libération des prisonniers palestiniens et d'une aide accrue.

Pendant ce temps, d'intenses combats se poursuivaient à Gaza. Les responsables militaires israéliens affirment que des avions militaires ont mené des dizaines de raids sur plusieurs cibles du Hamas autour de Khan Yunis pendant la nuit.

Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, affirme que les attaques israéliennes des dernières 24 heures ont tué 183 personnes et en ont blessé près de 400 autres.

Israël a lancé sa campagne militaire dans le but déclaré de détruire le Hamas après que ses militants ont tué 1 300 personnes – pour la plupart des civils – et pris environ 250 autres en otages, lors d'une attaque sans précédent contre des communautés du sud d'Israël le 7 octobre de l'année dernière.

Depuis lors, les autorités sanitaires affirment que plus de 26 000 Palestiniens ont été tués à Gaza.

READ  Le Cheikh, l'entrepreneur et le mystère du piratage sur 3 continents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *