Le Brésilien Bolsonaro dit que Johnson a cherché un accord alimentaire “d’urgence”, l’ambassade n’est pas d’accord

BRASILIA (Reuters) – Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré jeudi que le Premier ministre britannique Boris Johnson, qu’il a rencontré cette semaine à New York, avait demandé un accord “d’urgence” pour fournir un produit alimentaire qui manquait à la Grande-Bretagne.

Bolsonaro, s’exprimant dans son émission hebdomadaire en ligne à ses partisans, n’a pas nommé le produit, mais a déclaré qu’il avait transmis la demande de Johnson à la secrétaire à l’Agriculture Teresa Cristina.

“Il veut un accord d’urgence avec nous pour importer un type de nourriture qui n’existe pas en Angleterre”, a-t-il déclaré.

L’ambassade britannique au Brésil a contesté le récit de Bolsonaro, affirmant que ce que le président brésilien avait dit ne le rappelait pas aux faits.

Le bureau du président n’a pas immédiatement répondu à une demande de clarification sur le produit.

La hausse des prix du gaz naturel a incité certaines usines d’engrais britanniques à fermer ces dernières semaines, entraînant une pénurie de dioxyde de carbone utilisé pour faire grésiller la bière et les boissons gazeuses et étourdir la volaille et les porcs avant l’abattage. Lire la suite

Le gouvernement britannique, dans un effort pour éviter les pénuries de viande et de volaille, a cherché à soutenir l’urgence et a averti les producteurs alimentaires de se préparer à une augmentation de 400 % des prix du dioxyde de carbone.

Les ministres, y compris Johnson, ont ignoré à plusieurs reprises les suggestions selon lesquelles il pourrait y avoir une pénurie de plats de Noël traditionnels tels que la dinde rôtie, bien que certains fournisseurs en aient mis en garde.

READ  Le Mexique se plaint des touristes sans masque et ferme le site en ruine

Bolsonaro a déclaré que Johnson lui avait également demandé d’aider à augmenter les importations brésiliennes de whisky en provenance de Grande-Bretagne, mais a ajouté dans son discours sur les réseaux sociaux que cela relevait des entreprises privées et non de son gouvernement.

(Reportage de Maria Carolina Marcelo et Anthony Boudl) ; Montage par Aurora Ellis et Peter Cooney

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *