Le Conseil des ministres saoudien approuve la création de l’Autorité des routes pour atteindre les objectifs de la stratégie logistique nationale

WASHINGTON (Reuters) – Les États-Unis ont imposé lundi des sanctions aux Chinois et à d’autres qui, selon eux, ont aidé à vendre des dizaines de millions de dollars de pétrole et de produits pétrochimiques à l’Asie de l’Est alors qu’ils cherchaient à accroître la pression sur Téhéran pour freiner son programme nucléaire.

Le Trésor américain et le Département d’État américain ont imposé des sanctions à un total de six entreprises, dont quatre à Hong Kong, une à Singapour et une aux Émirats arabes unis dans des mesures annoncées dans des déclarations séparées.

Le département du Trésor a accusé l’Arabian Gulf Petrochemical Trading Company, l’un des plus grands courtiers pétrochimiques iraniens, d’utiliser les sociétés pour faciliter la vente de pétrole et de produits pétrochimiques iraniens en Asie de l’Est.

Le Trésor a ciblé Blue Cactus Heavy Equipment and Machine Parts Trading Company, basée aux Émirats arabes unis, qui, selon lui, a aidé à vendre des millions de dollars de produits pétroliers d’origine iranienne à Trilliance Petrochemical, basée à Hong Kong, qui avait auparavant été sanctionnée par Trilliance Petrochemical. . nous.

Il a également ciblé Farwell Canyon HK Limited et Shekufei International Trading Co., Limited, basés à Hong Kong, pour faciliter ces ventes à expédier aux acheteurs d’Asie de l’Est.

Le Trésor a accusé PGPICC d’utiliser des comptes bancaires d’entreprise, ainsi que ceux de PZNFR Trading Limited, basée à Hong Kong et en Malaisie, pour lever des millions de dollars de recettes.

Par ailleurs, le Département d’État a sanctionné Pioneer Ship Management PTE LTD, basé à Singapour, pour avoir prétendument géré un navire transportant des produits pétroliers iraniens et Golden Warrior Shipping Co. Ltd., basée à Hong Kong, en raison de transactions présumées liées au pétrole et aux produits pétroliers iraniens.

READ  Les arts contribuent à plus de 100 millions de dollars à l'économie d'Arlington - NBC 5 Dallas-Fort Worth

Les mesures gèlent les avoirs situés aux États-Unis et empêchent généralement les Américains de traiter avec eux. D’autres qui s’engagent dans certaines transactions avec les sociétés cibles risquent également des sanctions.

Ces mesures représentent la troisième série de sanctions américaines liées à l’Iran contre des entreprises chinoises au cours des deux derniers mois.

Depuis son entrée en fonction en 2021, le président américain Joe Biden déteste punir les entités chinoises impliquées dans le commerce du pétrole avec l’Iran dans l’espoir d’obtenir un accord pour relancer l’accord nucléaire iranien de 2015.

Les efforts pour relancer l’accord – en vertu duquel l’Iran a freiné son programme nucléaire en échange d’un allégement des sanctions américaines et autres – ont jusqu’à présent échoué, incitant Washington à chercher d’autres moyens d’augmenter la pression sur Téhéran.

« Les États-Unis continuent de suivre la voie de la diplomatie pour parvenir à un retour mutuel à la mise en œuvre complète du JCPOA », a déclaré Brian Nelson, sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, dans le communiqué, faisant référence à l’accord de 2015.

« Jusqu’à ce que l’Iran soit prêt à revenir à la pleine mise en œuvre de ses engagements, nous continuerons d’imposer des sanctions sur la vente illicite de pétrole et de produits pétrochimiques iraniens. »

En réponse aux nouvelles sanctions, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser al-Kinani, a déclaré dans un communiqué que l’Iran répondrait « fermement et fermement » au maintien des sanctions par la Maison Blanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.