Le Credit Suisse a infligé une amende de 3 millions de dollars à la suite d'une enquête à Singapour

Les autorités singapouriennes ont infligé une amende de 3,9 millions de dollars au Credit Suisse après qu'une enquête a révélé que le prêteur n'avait pas réussi à prévenir ou à détecter les comportements répréhensibles de ses chargés de clientèle.

Les banquiers ont fourni à leurs clients des informations post-négociation inexactes ou incomplètes, ce qui a entraîné pour les clients des spreads plus élevés que les taux convenus bilatéralement pour 39 transactions obligataires de gré à gré, a déclaré jeudi l'Autorité monétaire de Singapour dans un communiqué.

Elle a ajouté que la banque avait payé l'amende et indemnisé séparément ses clients concernés. L'entreprise, qui a été rachetée par son concurrent suisse UBS Group AG, a depuis renforcé ses contrôles internes, ont indiqué les autorités.

L'action contre le Crédit Suisse fait suite à son examen des pratiques de tarification et de divulgation dans le secteur de la banque privée, selon MAS. Le régulateur a déclaré que ses enquêtes avaient révélé que le Crédit Suisse n'avait pas mis en place des contrôles adéquats, tels qu'une surveillance post-négociation, pour prévenir ou détecter les mauvaises conduites des banquiers.

« Nous sommes heureux de résoudre ce problème antérieur avec l'Autorité monétaire de Singapour après une série d'examens indépendants », a déclaré le Crédit Suisse dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

« Nous avons depuis indemnisé les clients concernés, ce qui se limite à un très petit pourcentage du système de traitement des commandes de la banque », a indiqué la banque. « Nous avons pris des mesures pour renforcer nos politiques, procédures et contrôles afin d'atténuer toute récurrence. »

READ  Kenya Power conteste les statistiques de raccordement illégal de KNBS

La sanction imposée à Singapour est le dernier casse-tête auquel UBS doit faire face alors qu'elle se concentre sur la consolidation de milliers d'employés de son ancien rival dans le monde entier, cet épisode soulevant des questions sur les contrôles internes de la société acquise.

Plus tôt cette année, l'Autorité monétaire de Singapour avait prévu de procéder à une inspection sur place du Crédit Suisse, entre autres banques, après qu'au moins un de ses clients ait été accusé de blanchiment d'argent dans la cité-État, a rapporté Bloomberg News en octobre. Il y a quelques années, la société a été condamnée à une amende de 700 000 dollars singapouriens par le MAS pour son rôle dans la saga 1MDB, la plus grande affaire de corruption en Malaisie. Il s’agissait de la plus petite sanction imposée par le régulateur aux banques de Singapour à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *