Le déploiement des vaccins est retardé en Afrique alors que les décès dus au COVID-19 augmentent

Alors que les pays riches stockent des stocks de vaccin COVID-19, l’Afrique est à la traîne dans l’effort mondial pour vacciner les gens contre la maladie alors même que le nombre de morts augmente.

Bien que l’Afrique ait 17 pour cent De la population mondiale, il ne représente que 0,2 pour cent des 209 millions de doses de vaccins COVID-19 qui sont administrées aux personnes dans le monde. Pendant ce temps, le continent connaît une forte augmentation des infections et des décès causés par le coronavirus.

Au 22 février, environ 2,66 millions de doses avaient été administrées à des personnes vivant dans au moins sept des 55 pays d’Afrique, selon Données de Bloomberg Analysé par la Science Alliance.

Par comparaison, les États-Unis avaient administré 64,28 millions de doses à la même date, tandis que le Royaume-Uni en avait administré 18,34 millions. Selon Bloomberg Tracking, Israël a donné 7,4 millions de doses, la Chine 40,5 millions de doses et la Russie 2,2 millions de doses.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui est également président de l’Union africaine, a récemment appelé les pays riches à fournir davantage de vaccins COVID-19 au reste du monde. Il les a critiqués pour avoir stocké des fournitures de pollen.

“Le monde riche est sorti et a reçu de fortes doses. Certains ont même obtenu jusqu’à quatre fois ce dont leur population avait besoin … sauf dans d’autres pays”, a déclaré Ramaphosa. Remarqué lors d’une réunion hypothétique Forum économique mondial.

Commande de l’Union européenne 525 millions de vaccins supplémentaires complets Ce qui est nécessaire est nécessaire pour vacciner tous ses résidents, a déclaré Robin Cohen, professeur d’études sur le développement à l’Université d’Oxford, après avoir analysé les données du Duke Center for Health Innovation. Le Royaume-Uni a demandé 65 millions de vaccins complets excédentaires, tandis que le Canada a demandé 156 millions plus de vaccins complets. De même, d’autres pays riches ont besoin de beaucoup plus de doses que nécessaire.

L’Union africaine a récemment annoncé qu’elle avait obtenu 400 millions de doses de vaccins contre le coronavirus pour le continent Dans le cadre de COVAX, une initiative de l’OMS, cela porte le nombre total de doses de COVID-19 sécurisées à l’Afrique à 1,27 milliard. Cependant, cela peut prendre des années avant qu’au moins toutes ces doses deviennent disponibles 1,5 milliard de doses Seulement 60 pour cent de la population du continent auraient besoin d’être vaccinés.

READ  L'Inde va dépasser son objectif de déficit budgétaire au cours de l'exercice 22: Fitch Solutions

Les décès liés à Covid-19 augmentent en Afrique

L’Afrique a largement évité les mauvaises attentes initiales selon lesquelles la faiblesse de ses infrastructures de santé entraînerait des millions de décès de Covid. Le continent ne représente qu’environ 4% des 2,48 millions de décès dans le monde dus au coronavirus. Cependant, le nombre de décès a augmenté au cours des derniers mois. Données de Centres africains de contrôle et de prévention des maladies Il s’avère que dans les neuf mois entre février 2020, date à laquelle le premier cas a été enregistré sur le continent, et novembre 2020, l’Afrique a enregistré 2,057 millions de cas avec 49412 décès.

Mais les trois mois suivants ont vu le nombre total de cas passer à 3,8 millions. Le bilan des morts a doublé à 100 707. En d’autres termes, l’Afrique a enregistré autant de décès dus au COVID-19 au cours des trois derniers mois qu’au cours des neuf premiers mois de la pandémie.

Le Dr Yao Pediako, responsable du développement au Centre ouest-africain de biologie cellulaire des agents pathogènes infectieux, souhaite voir un vaccin COVID-19 plus agressif pour protéger la population.

“Toutes les preuves indiquent que ce vaccin ne durera pas toute une vie … c’est pourquoi les pays vaccinent des milliers de personnes chaque jour. Parce que si vous le faites rapidement et le faites dur, vous brisez le dos de l’épidémie. Si nous réduisons nous ne pouvons pas insister davantage sur le fait que cela doit être difficile, rapide et extrêmement efficace. ” Il a dit Nouvelles de joie Table ronde sur le lancement du vaccin COVID.

Le Dr Michael Osu, maître de conférences au département de diagnostic médical de l’Université des sciences et technologies Kwame Nkrumah au Ghana, met l’accent sur la sécurité des vaccins. “Les vaccins sont sûrs. Les rapports indiquent qu’il peut y avoir des effets secondaires, notamment des douleurs, des frissons, des maux de tête et de la fièvre, qui dureront pendant de courtes périodes, par exemple quelques jours. Ils sont similaires aux effets secondaires des vaccins précédents. Les données le font ne pas montrer que nous aurons des effets négatifs graves tels que des maladies chroniques et la mort. “.

READ  L'impact économique d'AllianceTexas à North Fort Worth est estimé à 8 milliards de dollars en 2020

Faisant référence aux fameux vaccins AstraZaneca / Oxford, Ouso a expliqué: «Ces vaccins à base de vecteurs et expédiés font partie des vaccins les plus sûrs que vous puissiez trouver. Nous avons pris des vaccins plus agressifs comme la polio et la fièvre jaune, qui sont des virus faibles. Et nous avons pu aller de l’avant.”

Mais si nous obtenons des vaccins à partir d’une section du virus qui a été conçue dans un laboratoire, ce sera plus sûr. Nous n’avons pas à nous inquiéter. Par conséquent, je ne m’attends pas à voir que les gens prendront ces vaccins et auront des effets dangereux. Parce que la plupart des informations semblent sûres en raison de la technologie utilisée. “

Le vaccin COVID-19 a été introduit en Afrique

Au Maroc, 2,57 millions de doses de vaccin Sinopharm produites en Chine ont été administrées à 7,2% de la population du pays. Les deuxièmes doses seraient nécessaires mais seulement 0,1 pour cent de la population les a reçues. Le Le chef du pays, le roi Muhammad IV, a été la première personne à recevoir l’acupuncture Fin janvier. Les vaccins AstraZanica / Oxford sont également administrés au Maroc.

Dans les îles Seychelles d’Afrique orientale, qui dépendent principalement du tourisme pour maintenir son économie à flot, 65 567 doses de vaccins Sinopharm et AstraZanica / Oxford ont été administrées. Environ 46 pour cent de la population ont reçu leur première dose et 22,5 pour cent d’entre eux ont reçu la deuxième dose.

En Égypte, seulement 1315 doses de Vaccins Sinopharm Aucune deuxième dose n’a encore été administrée.

READ  L'Algérie prépare un nouveau plan pour relancer l'économie et réduire la dépendance au pétrole

Les vaccinations ont commencé au Zimbabwe, le vice-président Constantino Chiwinga prenant la première injection du vaccin Sinopharm le 19 février. Il a reçu un coup. “Je suis ici aujourd’hui avec certains responsables du ministère de la Santé pour montrer la confiance du gouvernement dans le vaccin Sinopharma.”

L’Afrique du Sud, qui compte le plus grand nombre de cas de COVID-19 sur le continent et a vu l’émergence d’une nouvelle souche plus agressive du virus, a commencé à vacciner ses habitants. Mais seulement 23059 personnes ont reçu un seul coup Vaccins Johnson & Johnson Sur les 58 millions d’habitants du pays, selon les données de Bloomberg.

À Maurice, 3843 doses du vaccin Oxford / AstraZeneca Fabriqué en Inde sous la marque Coffeeshield Peut administrer. En Guinée, 55 doses du vaccin Spoutnik V soutenu par le gouvernement russe Il a été administré dans le cadre d’un programme expérimental. En Algérie, 30 Des doses de Spoutnik V ont été administrées. Les rapports indiquent que les opérations de vaccination ont commencé au Sénégal.

D’autres pays africains, dont le Ghana, le Rwanda et la Guinée équatoriale, ont reçu des vaccins d’Inde, de Chine, de Russie et du Global Vaccine Access Facility for COVID-19 (COVAX), une initiative dirigée par l’Organisation mondiale de la santé pour assurer un accès équitable au COVID- 19 vaccins dans le monde.

Le Ghana a reçu cette semaine 600 000 doses de vaccins AstraZeneca COVID-19 fabriqués par l’Institut indien du sérum et prévoit de lancer un programme national de vaccination le mois prochain. Le ministre de l’Information par intérim, Kojo Ubung Nkrumah, a exhorté les membres du public à «faire votre part en veillant à ce que vous receviez le vaccin lorsque le vaccin vous parviendra».

Photo: Shutterstock /Kelly Ermis


Catégories

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *