Le deuxième adversaire de Judoka rejette le match israélien – Mise à jour

Date de mise à jour, le 26 juillet, 3 h : une seconde judoka Tohar doit affronter le tambour israélien, retiré de Jeux Olympiques de TokyoEt Gardien rapports. Selon la publication, le joueur soudanais Mohamed Abdel Rasoul avait du poids, mais il n’a pas assisté au match.

Ni la Fondation internationale de judo ni les responsables olympiques soudanais n’ont donné de raison pour l’absence d’Abdelrasoul au match.

Plus de délai

Il devait affronter Abdel Rasoul l’Algérien Fathi Noreen Lors d’un tour précédent, mais Noreen s’est retirée la semaine dernière parce que le vainqueur de ce combat a dû affronter un tambour en huitièmes de finale. Noreen a cité son soutien politique à la Palestine comme raison du retrait.

Précédent, le 24 juillet : Il n’a pas fallu longtemps pour que les sentiments perfides concernant la fraternité de l’homme de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo disparaissent. Vendredi, le concurrent de Judoka de Algérie Il a été suspendu et renvoyé chez lui après s’être retiré des Jeux en refusant d’affronter un Israélien.

L’Algérien Fathi Noreen devait affronter l’Israélien Tohar avec un tambour au deuxième tour de la catégorie des 73 kg s’il battait le Soudanais Mohamed Abdelrasoul lundi. Mais il a décidé de se retirer avant ces matches, invoquant son soutien à la Palestine.

« Nous avons beaucoup travaillé pour nous rendre aux Jeux olympiques. La cause palestinienne est plus importante que tout cela », a déclaré Noreen dans une explication de sa décision.

La Fédération internationale de judo a alors suspendu Noureen et son entraîneur, Ammar Benikhlef. « Nous n’avons pas eu de chance avec un match nul. Nous avons un adversaire israélien et pour cela nous avons dû abandonner. Nous avons pris la bonne décision », a déclaré l’entraîneur vendredi.

READ  Sahara occidental : le ministre algérien des Affaires étrangères appelle à des "négociations directes et sérieuses" entre la République arabe sahraouie démocratique et le Maroc

La Fédération internationale de judo a condamné cette décision dans un communiqué.

« L’IJF a une politique stricte de non-discrimination, promouvant la solidarité comme principe fondamental, renforcée par les valeurs du judo. » Il a qualifié le retrait de « complètement opposé à la philosophie de la Fédération internationale de judo ».

Le Comité olympique algérien a retiré leurs accréditations respectives, imposé des sanctions et les a rapatriés. Aucun détail n’a été divulgué sur les conséquences des sanctions.

Meilleur délai

S’inscrire à Bulletin de date limite. Pour les dernières nouvelles, suivez-nous sur FacebookEt Twitter, Et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *