Le dialogue algérien pour la réconciliation palestinienne a connu peu de succès

Gaza City : 14 factions palestiniennes, dirigées par le Fatah et le Hamas, ont reçu une invitation de l’Algérie à entamer un dialogue la semaine prochaine pour la réconciliation palestinienne, mais des doutes ont éclipsé le rassemblement car peu s’attendaient à une percée majeure.

Diverses forces palestiniennes ont annoncé avoir reçu des invitations algériennes à participer au dialogue de deux jours les 11 et 12 octobre.

Le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh a déclaré lundi lors d’une session du cabinet que « le gouvernement sera prêt à toute mesure qui soutiendrait les efforts de réconciliation et mettrait fin à la division ».

Saleh al-Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas, a déclaré que le groupe a pour principe de ne manquer aucune occasion de parvenir à la réconciliation et de mettre fin à la division, indiquant qu’il a informé l’Algérie de sa disponibilité et de son sérieux à participer à la conférence. réunions.

L’Algérie a eu des dialogues séparés avec des responsables du Fatah et du Hamas au cours des derniers jours pour discuter des grandes lignes d’un document préparé par une équipe algérienne pour la réconciliation palestinienne.

En janvier dernier, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a lancé une initiative pour unir les Palestiniens et mettre fin à la division entre le Fatah et le Hamas, commandée par la Ligue arabe, avec une solution finale à trouver avant le sommet arabe de novembre.

L’équipe algérienne, qui a informé les dirigeants des deux mouvements sur le document de réconciliation qui sera présenté lors de la prochaine réunion élargie, a appelé à éviter l’escalade au cours de la période actuelle et à éviter les querelles, en particulier dans les médias, car cela pourrait contrecarrer les efforts visant à guérir la faille.

READ  Algérie : Grandi, Lamamra Algérie bilan des relations bilatérales et événements à venir

Les factions palestiniennes se sont engagées dans divers dialogues pour parvenir à la réconciliation au cours des nombreuses années qui se sont écoulées depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas à la mi-2007.

Les deux mouvements ont conclu plus d’un accord, notamment à Makkah Al-Mukarramah sous les auspices de l’Arabie saoudite, et l’accord du Caire avec la médiation égyptienne.

L’Algérie est considérée comme l’un des pays arabes qui soutient le plus financièrement le gouvernement palestinien, et malgré les déclarations publiques positives des factions palestiniennes envers le dialogue algérien, les Palestiniens ordinaires doutaient de son importance.

Mahmoud al-Rabi`, 45 ans, a déclaré : « Le Hamas et le Fatah ne voient pas le peuple palestinien ni son besoin de réconciliation. Ils ne veulent que réaliser leurs propres intérêts. Quelle est la différence entre ce dialogue et ses prédécesseurs ? Rien.

Al-Rubaie, qui travaille comme professeur d’histoire à Gaza, a ajouté : « L’Algérie aura-t-elle la capacité de parvenir à la réconciliation palestinienne, car elle est loin de la cause palestinienne, compte tenu de la réticence des deux parties à parvenir à la réconciliation ?

Taghreed Touman, 29 ans, a déclaré qu’il n’y a rien de nouveau dans le dialogue algérien.

Toman a déclaré : « Ce dialogue sera enregistré dans les dossiers d’une longue liste de dialogues dans lesquels les Palestiniens se sont engagés pour parvenir à la réconciliation et n’aura aucun impact sur le terrain, que ce soit à Gaza ou en Cisjordanie.

Le Hamas et le Fatah ont convenu d’organiser des élections générales pour le Conseil législatif, la présidence et le Conseil national de l’Organisation de libération de la Palestine, respectivement, à partir de mai 2021, avant que le président palestinien n’annonce leur annulation car Israël ne les a pas autorisées. Dans la ville de Jérusalem.

READ  Intel prévoit de construire une usine de puces de 19 milliards de dollars en Allemagne

L’ambassadeur de Palestine en Algérie, Fayez Abu Aita, a déclaré que le président Tebboune avait demandé aux deux factions de définir une vision claire et pratique pour la mise en œuvre et la remise de la réconciliation et de travailler à trouver une solution pour la mettre en œuvre.

Le Hamas a proposé d’apporter des modifications radicales au système politique palestinien, sur la base du principe de participation, d’adopter un programme politique unifié pour tous les Palestiniens qui reconnaisse toutes les formes de résistance, de construire des institutions palestiniennes sur des bases nationales loin de la partisanerie, et des calendriers pour mettre fin à la division et à la division . L’élection.

Résume la proposition du Fatah de former un gouvernement de consensus national qui accepte le programme politique de l’Organisation de libération de la Palestine et bénéficie d’une acceptation internationale.

Hani al-Masri, un analyste politique palestinien basé à Ramallah, ne s’attend pas à ce que l’Algérie réussisse à parvenir à la réconciliation palestinienne.

En réponse à une question sur les chances de succès du dialogue algérien, il a répondu : « Non, pour une raison très simple, qui est que les obstacles qui ont empêché le succès des dialogues et accords précédents existent toujours et se sont même enracinés. . »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.